AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur le forum ♥️
Bienvenue sur EOD N'hésitez pas à regarder les pv ou scénarios !

Nous rappelons qu'un personnage marvel apporte +15pts et un scénario +10pts !
Aidez le forum à se promouvoir !
En faisant remonter notre publicité sur bazzart et prd !

 

 
(wade) Daddy needs to express some rage.





- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 120 Points : 87 Célébrité : Ryan Reynolds. Double-compte : Erik L & T'Challa.
Crédit : (avatar) class whore Combat avec nous depuis : 21/05/2017

Message(#) Sujet: (wade) Daddy needs to express some rage. Dim 21 Mai - 15:02


---- Wade Wilson

informations
Prénom nom : Wade T. Wilson.
Surnom/nom de code : Deadpool, Wady pour les intimes. Ceux qui sont passés sur le bazooka. - Lequel ? Ahah
Âge : Indéterminé. Ça fait tellement mystérieux.
Date et lieu de naissance : Inconnu, quelque part au Canada. Même nous on sait pas!
Nationalité : Canadienne.
Orientation sexuelle/situation matrimoniale : Pansexuelle, célibataire, marié au fric. Tape tous ce qui bouge et est marié au fric. C'est ce que j'ai écrit. Mais ça sonne mieux comme ça.
Atteint par le virus + stade de ce dernier : Heureusement non. On a déjà un cancer, ça suffit.
Affiliation : Ancien membre de l'Arme-X. Maintenant, membre de la Deadpool Corps. Y'a moi, moi et moi dans ce groupe. Les plus cools de tous. Totalement d'accord.
Groupe : Indépendant.
Nature : Mutant modifié.
Métier : Mercenaire, tueur à gage, aventurier, ancien soldat. Tellement classe et sexieste. On va choper avec ça !
Traits de caractère : Schizophrène même pas vrai, fou peut-être un peu, impulsif, irréfléchi, blagueur, mégalomane, mauvais sens de l'humour, sarcastique/humour noir, psychopathe mais non, t'abuses, pervers, sanguinaire, lunatique, chiant bon d'accord, totalement imprévisible, arrogant, solitaire, taquin, vulgaire, dérangé, malin, psychotique, égocentrique,  .
Célébrité de l'avatar/crédit : Ryan Reynolds/Tumblr

les compétences
Facteur de guérison accéléré ; Dérivé du pouvoir de Wolverine, le facteur lui permet de régénérer des blessures assez graves (jusqu'à une destruction de sa structure cellulaire, d'une décapitation, ect) bien plus rapidement qu'un homme lambda. Il peut recoller des parties de son corps qui lui ont été arraché. Ce facteur le protège aussi des maladies et des poisons comme de la drogue.
Force surhumaine ; Le facteur a permis aussi au corps de Wade de se développer et de s'améliorer. Sa musculature s'est renforcée, lui conférant une force surhumaine. Il peut soulever de lourde charge, jusqu'à 5 fois son poids cependant, il ne peut le soulever que pendant quelques minutes.
Endurance et agilité surhumaine ; Grâce une nouvelle fois au facteur qui lui a été implanté, son corps élimine plus vite les toxines qu'il produit lors d'un effort. Il se fatigue alors moins vite. Son agilité ainsi que ses réflexes sont supérieurs à celui d'un athlète de haut niveau. Il anticipe assez vite et se sort facilement de situation compliquée d'un point de vue physique.
Excellent combattant ; Ayant eu un entraînement rigoureux tout au long de sa vie, Wade se révèle être aussi dangereux avec une arme qu'au combat à mains nues. Il maitrise plusieurs techniques martiales et est un redoutable tireur. Il manie presque à la perfection les armes blanches. C'est un maître des techniques d'assassinats. Il a une petite préférence concernant les armes pour les katanas qu'il trouve élégant.
Equipement ; Il dispose d'une ceinture ayant un système de téléportation. Ainsi que d'un inducteur d'image holographique qui lui permet de dissimuler sa véritable apparence si cela se retrouve réellement nécessaire. Mais il préfère nettement que ses victimes sachent qui les ont tué.

compétences
LIRE CE SUJET
Maîtrise du pouvoir : 7
Puissance : 8
Entraînement au combat : 10

under the mirror
Pseudo : Daemon.
Âge : 19 y.o.
Comment as-tu découvert le forum : Ché pas.
Activité : 6/7
Votre personnage est un : Personnage marvel.
Souhaites-tu être parrainé ? Je suis le parrain.  
Autre : What? We're owned by Disney. It's fine.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t71-wade-daddy-needs-to



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 120 Points : 87 Célébrité : Ryan Reynolds. Double-compte : Erik L & T'Challa.
Crédit : (avatar) class whore Combat avec nous depuis : 21/05/2017

Message(#) Sujet: Re: (wade) Daddy needs to express some rage. Dim 21 Mai - 15:03

biography

C'est l'histoire d'un grand prince, triste, esseulé. Et puis un jour est arrivé son destin – Comment ça ? Vous n'aimez pas cette histoire ? J'ai mieux si vous voulez. La fois où Wolverine a failli se la couper avec ses griffes. Pas convaincu ? Vous êtes pas là pour ça, c'est dommage. C'est bien plus intéressant que mon histoire. Plus de pirouette, promis.
J'étais un gamin comme les autres. Pas plus beau, pas plus fort, pas aussi unique. J'étais dans la foule d'autres gamins, parfois bousculer mais j'arrivais facilement à m'entourer de quelques amis. Et puis, comme tous héros, il fallut un élément déclencheur. Un jour, un gars est venu me voir, la mine déconfite, je me demandais ce qu'il me voulait. « Monsieur Wade, je suis désolé, votre femme n'a pas survécu. » Et j'ai regardé mon père, sans comprendre. Comment expliquer à un gosse le concept de la mort ? Ils ont tenté d'être doux dans leurs mots mais rien n'y faisait, ils n'arrivaient pas à me consoler. Je pleurais, criant à l'injustice. Mon père lui est resté là, sans bouger, sans parler. Il a juste regardé sa femme qu'il ne pourrait plus jamais voir sourire une dernière fois et s'est en aller, me tirant derrière lui d'une main de fer. Il était dans l'armée, je n'avais aucune chance, moi qui faisait du sport qu'une fois par semaine. Il était prestigieux, con parfois, mais c'était un général, j'en étais fier. Et puis ça a changé. Il a commencé à ramener de l'alcool à la maison. Il commença à crier. Il eut le premier coup, le premier sang. Je le regardais avec terreur, l'arcade sourcilière explosée, le sang coulant sur mes yeux. Pourquoi ? « Ferme ta gueule. » C'était la seule réponse qu'il me donna. Les coups devinrent une norme à la maison. Je trainais les pieds à chaque fois que je quittais l'école, retardant toujours ce moment. Mes amis m'emmenèrent dans le chemin de la délinquance et c'était tellement délivrant. Je n'étais plus la victime. J'étais celui qui décidait, celui qui faisait sans subir les conséquences. Il a fallu que mon père veuille me remettre sur le droit chemin sur lequel il s'était depuis longtemps vautré. Ce con, il pensait encore avoir de l'autorité sur moi. Il n'y avait plus que le sang qui nous liait, je le détestais si fort. A venir gâcher ma soirée, à venir faire le paon alors qu'il n'était qu'une épave. « Retire ce putain de sourire Wade. » J'haussais un sourcil, moqueur. Il entrait dans mon monde, sur mon territoire et croyait encore dominer ? « Make me. » Je n'avais plus peur de lui, les baffes ne me feraient pas taire, les coups de pieds ne me feront pas arrêter de sourire. Il avait qu'à crever. « Vas crever dans un coin, vieux con. » Il serrait fort mon bras mais je ne grimaçais plus, l'envie dévorante de lui rendre coup pour coup ce qu'il m'a fait toute mon enfance. Devrais-je regretter mes mots si j'avais su qu'ils seront les derniers ? Pas un instant. Il a juste fait ce que j'avais la trouille de faire. Tom avait pris l'arme de mon père et avait tiré sans hésitation, l'adrénaline l'ayant rendu courageux. J'ai regardé le corps de mon père du même regard qu'il a jeté sur ma mère. Froid, fermé. Mais le mien brillait d'une autre lueur ; la liberté.

J'étais peut-être trop con à cette époque, assez pour tenter de trouver le pardon de mon père en entrant dans l'armée. Cependant je n'y restais pas longtemps, ayant été rapidement chassé pour mon comportement pas assez obéissant. Je ne leur en voulais pas, j'étais pas taillé pour le métier. Je commençais d'ailleurs ma longue carrière de mercenaire à a peine vingt ans. Se faire une réputation n'avait pas été simple mais il avait fallu faire ses preuves. J'étais entré dans un bar que je savais grouillé d'hommes malhonnêtes – un bar qui devint l'un de mes préférés pendant longtemps. Ils me dévisageaient, ne semblant pas comprendre pourquoi j'étais là. Ils étaient tous taillés pour ça. J'avais encore une carrure de jeune homme. Mais ma force ne résidait pas dans mes muscles. « Une russe blanche.  » Demandais-je au barman sans même lui accorder un regard. Je ne les lâcherais pas, je ne baisserais plus jamais les yeux. Celui qui tentera d'avoir une ascension sur moi, je lui crèverais les yeux. « J'sers pas les mineurs. » Je serais les dents, sachant que la fin de ma vie dépendrait de ce moment. « Y'a besoin que je saute ta fille pour que tu me serves ?  » Le barman fronçait les sourcils, touché. Je perçu son mouvement vers le comptoir et d'un geste vif, je passais par-dessus le bar pour le plaquer contre le mur, collant le canon de mon arme – volé à mon père, sur la tempe. Du pied, j'attrapais le bout de son arme. Il cachait un joli fusil à pompes, impressionnant. « Si j'te fais sauter la cervelle, je n'aurais pas ma boisson, ça s'rait dommage. Pour moi et ta p'tite famille. Adeline est vraiment une gamine gentille. » Je lui susurrais à l'oreille, préférant garder cela pour nous. Il me jeta un regard froid que je ne lâchais pas, imperturbable. Il finit par accepter, la tension dans ses épaules partant. « Je te sers et tu dégages d'ici pour toujours. » Je rangeais mon arme, lui offrant un large sourire impétueux en repassant de l'autre côté, client du bar. « J'suis pas si sûr de ça, le quartier m'parait sympa.  » « T'as pas ta place ici. » « On verra bien.  » Finalement, j'y suis retourné, chaque soir. Si au début je ne faisais que boire sagement et répondre à la provocation, j'ai fini par m'intéresser aux contrats, placardés sur un tableau. Ça payait bien. Je les enchainais, sans répit. J'y gagnais une réputation. Mais pas un nom, pas pour l'instant.

Maintenant, vous vous demandez dans quelle circonstance j'ai eu mon surnom ? Ça tombe bien, mais avant parlons d'un sujet important. L'amour. Je l'ai rencontré dans l'un de ces bars miteux qui étaient devenu ma vie. Elle était magnifique, et cette chute de reins. Je me souviens encore la sensation lorsque j'y plongeais. Elle se faisait emmerdé par un vieux con et en preux chevalier, je suis venu à son secours mais franchement, elle se débrouillait bien toute seule. « Hé, on ne touche pas à la marchandise. » J'haussais un sourcil, surpris de sa réplique cinglante, retirant mes mains, bien sagement posées pour la soutenir, rien de plus. « Marchandise ? Huh… Donc tu uh, baise pour de l'argent ?  » C'était tellement con à dire mais je me retrouvais vraiment con devant elle. « Oui. » Elle détournait le regard, comme si ce métier n'était pas ce qu'elle aurait voulu. Le mien non plus, je ne l'avais pas rêvé à l'école. « Enfance difficile ? » C'était une façon d'amener le sujet tout en étant sur la corde de l'ironie. Et lorsqu'elle me répondit : « Plus que la tienne. » Je sus qu'elle serait ma femme. Putain. Et le jeu de longs mois commença. « Papa est parti avant ma naissance. » « Papa est parti avant ma conception. » « Déjà eu une cigarette éteinte sur la peau ? » « C'est la seule façon de l'éteindre. » « On a abusé de moi. » « Moi aussi, mon oncle. » « Mes oncles. Chacun leur tour. » « J'ai regardé mon anniversaire par le trou d'un placard, verouillé qui était –  » « Ta chambre. Chanceux. Je dormais dans une boîte de lave-vaiselle. » « Oh, tu avais un lave-vaisselle ! » Et le sourire que j'ai réussi à lui tirer. J'ai sus que je devrais à jamais la rendre heureuse comme ça. J'imaginais une vie merveilleuse à ses côtés, digne des plus beaux films romantiques. Je voulais devenir bon pour elle, un homme dont elle serait fière. Nous ne roulions pas sur l'or mais nous vivions bien, d'amour et de sexe. Je fus engagé plus tard par un groupe du Moyen-Orient pour assassiner un agent du gouvernement britannique. Un peu de pognon ferait plaisir à Vanessa alors j'acceptais. Je me rendis au Zaïre, là où ma cible, Althéa était arrivée. Althéa, c'était une femme assez âgée, aveugle qui n'a jamais eu peur de moi lorsque je suis arrivé derrière elle. « Qu'est-ce que t'attends ? Fais-le. On t'a payé pour ça. » J'haussais un sourcil, surpris de ses mots. Elle acceptait la mort. Il suffit d'une seconde de trop dans l'inactivité pour qu'elle se retourne vers moi, me désarmant avec une grande facilité. « Ils engagent n'importe qui de nos jours. Même pas capable de tenir une arme. » Dans un mouvement plus fluide, j'ai repris mon arme au sol et j'ai tiré sur la personne qui venait d'entrer. Rapidement, je suis sorti pour en finir avec le reste de l'équipe. Pourquoi j'ai épargné Althéa ? Je ne sais pas. Mais elle est devenue, des années plus tard, une grande amie. Blind Al, de son surnom m'a même hébergé chez elle alors que j'avais... quelques soucis, dirons nous. Mais on y vient, ne vous en faites pas.



Dernière édition par Wade Wilson le Sam 27 Mai - 14:13, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t71-wade-daddy-needs-to



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 120 Points : 87 Célébrité : Ryan Reynolds. Double-compte : Erik L & T'Challa.
Crédit : (avatar) class whore Combat avec nous depuis : 21/05/2017

Message(#) Sujet: Re: (wade) Daddy needs to express some rage. Mer 24 Mai - 18:54

biography

Les enfoirés, ils avaient essayé de tuer Vanessa. Je voulais leur faire la peau mais elle m'en a dissuadé. L'importance était qu'elle allait bien, que tous les deux allaient bien. J'avais alors pris la décision de moins accepter de contrat jusqu'à ne plus en avoir. Je voulais profiter de la femme de ma vie. Sans avoir peur qu'elle finisse blessée à cause de mes agissements. Mais faut croire que la vie voulait vraiment pas que je sois heureux. Je n'avais pas le droit à une happy end avec elle. J'avais contracté un cancer. Un putain de cancer. Je pris rapidement une décision, je ne voulais pas qu'elle vive cette chose affreuse. Je ne voulais pas lui affliger cela. Lorsqu'elle dormait, une nuit, je fis mon sac et je partis en regardant une dernière fois la femme qui a su tant me rendre heureux. Je voulais qu'elle garde une image de moi en pleine forme et amoureux, pas sur le point de mourir. Je me suis rendu au Canada, mon pays d'origine. C'est lors d'une soirée où je buvais plus que nécessaire, comme chaque soir, qu'un homme en costume pingouin vint à ma table. J'haussais simplement un sourcil en sa direction, attendant qu'il parle. « Vous avez été récemment diagnostiqué d'un cancer, Monsieur Wade. » Qu'est-ce qu'il en avait à foutre que j'finirais clamser dans pas longtemps ? Et puis comment il le savait au juste ? « Alerte harceleur. » Mon humour ne me lâcherait, même aux portes de la mort. « C'est mon travail. Recrutement. Vous êtes un combattant. Je représente une organisation qui pourrait vous aider. Et si je vous disais que l'on peut guérir votre cancer ? Et vous donner des habilités dont les gens ne peuvent que rêver ? » C'était trop beau pour être vrai. Ça ne pouvait pas exister, j'étais condamné je le savais très bien. Si le cancer pouvait se guérir, j'aurais vécu avec ma mère. « Vous parlez comme une info-publicité, mais pas une bonne, comme le Slap Chop. » Je répétais la publicité avec mes mains, comme pour la lui montrer d'une façon si sérieuse. Je voulais lui montrer que je ne lui lécherais pas les pieds pour qu'il m'aide. Je n'avais besoin de personne. « Pensez-y Monsieur Wade. Vous n'avez plus à rien à perdre qu'essayer. » Il marquait un point. Avec l'alcool qui battait dans mon sang cette nuit, j'ai décidé de tout balancer. Je n'avais pas de solution. Alors autant donner mon corps à la science. Je me rendis dans ce labo, posant mes affaires au sol en serrant la main du docteur présent à l'entrée. « Je suis prêt pour la grande aventure. » L'aventure d'une vie. Et des milles autres que j'ai eus.

On m'avait vendu du rêve, je peux vous dire que ça l'était. J'ai reçu un traitement et mon cancer fut temporairement arrêté. J'avais l'espoir de pouvoir retrouver Vanessa, totalement guéris. Plus tard, on m'expliqua m'avoir implanté le facteur de guérison d'un mutant, Wolverine. Si un jour je le croisais, j'avais promis de le remercier. Et je l'ai fait ! Je croyais sortir bientôt, avec l'espérance de vie d'un gars normal qui boit comme un trou et baise toute la journée. Mais le facteur n'a pas aimé se développer dans mon corps. En un mois, je fus totalement défiguré. Il me guérissait, c'était le principal ? Beaucoup disent que c'est à ce moment-là que je suis devenu mentalement instable. Mais je l'ai jamais été, tout le monde le sait. Je rejoins une unité d'opération secrètes, travaillant auprès de cyborgs et d'une mutante très sexy qui se nommait Copycat. Vous allez rire, c'était Vanessa. Mais elle était toute bleue. J'ai préféré ne pas lui révéler mon identité, tant que je ne serais pas guéri. Lors d'une mission, j'ai tué l'un de mes coéquipiers, sans le faire exprès – peut-être un peu. On me renvoya de l'Arme-X et je me retrouvais à l'Hospice. Ils disaient que c'était un centre pour les agents surhumains ratés, là où ils étaient soignés. Mais c'était de grosses conneries. C'était un endroit où nous servions de sujets expérimentaux jusqu'à ce que nous mourrions. J'y ai rencontré le Dr Killebrew, un affreux connard et son chien de service, Ajax. Chaque jour, j'avais le droit de passer sur la table d'opération pour la seule satisfaction du Doc'. Il m'a fait des trucs pas très sympa mais comme y'a pas de rating, je n'en parlerais pas. Et puis, c'était pas important ? J'ai eu le droit à toutes les tortures possibles et même inimaginables. Il s'amusait, ça c'était sûr. Entre patients, on avait un petit rituel, certes morbides mais que voulez-vous, on captait pas la 6 ici. On pariait sur la durée de survie de chacun. Et j'ai jamais touché mon pognon mais j'leur en veux pas vraiment. Durant l'un de mes passages sur la chaise électrique, mon cœur s'arrêta. C'était étrange, j'étais mort. Je cherchais du regard quelque chose dont je pourrais me servir. Si ça se trouvait, je pourrais saisir quelque chose et le frapper sur la tête du Docteur. Ça serait vachement drôle ; la vengeance de l'au-delà. Mais tout ce que je trouvais fut une personne, cachée par une longue toge et une capuche, face à moi. Elle tendit la main vers moi et j'imitais le geste mais avant de pouvoir sentir ses doigts, je retournais dans mon corps. Cette drôle de visite recommença lorsque je mourrais – et c'était quotidien avec Docteur tête-de-cul. C'était la Mort. Elle me réconfortait à chaque passage dans l'au-delà. Je crois que j'ai développé des sentiments pour elle. Je crois que je l'aime. Elle me confia le vrai nom de l'assistant, Ajax. Dès que je voulais m'échapper de cette prison, je le provoquais. Qui se nomme Francis et se fait appeler Ajax ? Et après on dit que le fou, c'est moi.

Je le détestais ce gars et je crois que les sentiments étaient réciproques. Un jour, furieux de mes provocations, il s'en prit à l'un de mes amis, le lobotomisant. Je le tuais sous les recommandations de la mort. Et comme la règle le voulait à l'Hospice, un patient qui tuait un autre patient devait être exécuté. Je l'avais tant regardé avec haine alors qu'il s'approchait de moi, ce sourire sadique aux lèvres. Si j'avais pu le lui arracher. Mais j'étais solidement attaché, Ajax savait que je n'hésiterais pas à réagir. Il a pris un malin plaisir à me faire patienter jusqu'à ce qu'il m'arrache le cœur. Confronté à la Mort, elle me laissa choisir. Rester avec elle ou me venger. Je ne pouvais pas laisser Ajax continuer à faire ça, je devais lui faire payer tous les meurtres d'innocents qu'il avait sur la conscience. Mon facteur de guérison me permit de revenir, bien plus fort qu'avant. Je tuais sans regret ce cafard avant de m'échapper avec les autres patients. Je pris le nom de Deadpool, c'était le nom de notre petit jeu des paris à l'Hospice. Reprenant mes activités de mercenaire, je fus engagé par le Caïd un temps. C'est à cette époque que j'ai rencontré Wolverine, un gars très grognon mais super sympa. Là commença la folle aventure de Deadpool. Si j'ai repris du service auprès du gouvernement canadien en espérant qu'on me soigne, en voyant qu'il n'y avait plus rien à faire, j'ai abandonné et préféré continuer cette vie de débauche dans mon super costume rouge et noir. J'en ai passé des contrats, rencontré des personnes. J'ai travaillé pour tant de méchants, j'ai une anecdote pour chacun d'entre eux. T-Ray a été le plus chiant des gars que j'ai rencontré. Je l'ai détesté dès le premier regard et il m'aura fait chier longtemps. Y'a Cable, un mec cool même si j'avais un contrat sur sa tête à notre première rencontre. Mais ça serait tellement long à expliquer. Et puis, c'est bien plus marrant de le découvrir plus tard, dans un comic ou dans un topic.
Il y a peu de temps, j'ai été au première loge, callé dans mon fauteuil miteux, d'une nouvelle ère. Magnéto passait à la télé – il était photogénique ça c'est sûr, il aurait pu devenir un grand acteur. Il parla d'un virus dont j'en avais déjà entendu vaguement quelques choses. Certains disaient que ça avait été envoyé par le gouvernement pour laver les rues des mutants. J'en étais un, mais je n'avais pas été touché, alors je n'y avais pas cru. J'haussais les épaules, m'enfonçant un peu plus dans le coussin avant de prendre une part de pizza qui trainait par loin. J'aurais peut-être de nouveaux contrats avec tout ça. Mais lorsque je vis le Professeur Xavier attaché, je me redressais d'un seul coup, m'exclamant, outré : « Ça t'avais pas le droit ! C'est d'un bain chaud et de ton corps qu'il a besoin ! Et dire qu'il y a une plus grosse communauté qui vous ship vous que moi et Spidy ! » Alors là, je devais arranger les choses. Ça n'allait pas se passer comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t71-wade-daddy-needs-to


Contenu sponsorisé

- -


Fiche de compétence


Message(#) Sujet: Re: (wade) Daddy needs to express some rage.

Revenir en haut Aller en bas
 
(wade) Daddy needs to express some rage.


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» PEKIN EXPRESS 2009
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full
» Inscriptions Express 68 : Fairy Tail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: