AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur le forum ♥️
Bienvenue sur EOD N'hésitez pas à regarder les pv ou scénarios !

Nous rappelons qu'un personnage marvel apporte +15pts et un scénario +10pts !
Aidez le forum à se promouvoir !
En faisant remonter notre publicité sur bazzart et prd !
anipassion.com
 

 
What are you fucking doing here ?! [Frax]





- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: What are you fucking doing here ?! [Frax] Jeu 20 Juil - 5:02


Je surveille cette maison depuis maintenant une semaine. C'est une maison simple dans le Queens, mais assez pour un tueur en série. Chaque tueur en série ont leur histoire. Celui-ci tue des ados. Pourquoi ? Je m'en contre fiche. Et ce n'est pas parce qu'il a une raison, qu'il faut le laisser faire. Il y a déjà fait trois victimes et la police ne s'occupe pas de lui. Alors je vais le faire à leur place. Disons qu'il a déjà été arrêté mais ils l'ont laissé repartir parce qu'ils n'ont pas assez de preuve contre lui. Ils ont également fouillé leur maison, ils n'ont rien trouvé. Quand j'ai fouillé sa maison, j'ai trouvé quelques photos. Le genre de photo à en faire retourner l'estomac. Heureusement pour moi, j'ai l'estomac bien solide, avec tout ce que j'ai fait, il est tout à fait normal, l'habitude.

Je continue d'observer cette maison tranquille actuellement mais je sais qu'il ne va pas tarder, dans une heure il est là, mais je préfère attendre pour ne pas avoir de surprise. Les voisins sont sur le point d'aller dormir ou de baiser. J'ai même déjà réfléchi comment j'allais le tuer. Je mettrais en évidence ses petites photos dégueu pour qu'il prenne peur, qu'il sache que quelqu'un de plus tarer que lui veut le tuer. Et ensuite je me pointe avec un flingue sur sa tempe et je le fais encore plus flipper. Je jouerai au même jeu qu'il a joué lorsqu'il a tué ses gosses. S'il s'en était prit à l'un des miens ... Mais ils ont déjà été tué par une autre ordure. Des autres ordures.

Attendez une minute ! C'est qui ce gosse qui se faufile chez lui? Si je ne faisais pas l'autruche, je dirais que c'est Max, mais pourquoi ferrait-il ça ? Déjà, parce qu'il ne sait pas que cette maison abrite un tueur psychopathe. Et ensuite, peut-être parce que chez lui ça craint. Putain Max, n'importe quelle maison mais pas celle-ci. Je descend du toit pour aller dans cette maison en entrant au même endroit que lui mais je referme la fenêtre. Et maintenant, il se met à regarder la télé ! Bon dieu, il va nous faire cramer. "Max!" J'étains la télé et la lumière qu'il a allumé et je le foudroie du regard. "Je peux savoir ce que tu fois ici? Putain ! Tu ne peux pas arrêter deux secondes tes conneries?! Y'a un tueur psychopathe qui tue des gosses de ton âge qui vit ici ! Tu n'as même pas cherché à te renseigner !" Max n'est qu'un gosse qui a toute sa vie devant lui. Alors, même s'il vent de la drogue, pour lui, je lui donne une seconde chance, il peut toujours se rattraper. Je l'espère en tout cas. Il a fallu qu'il soit jeune. Tous ça pour dire que ça me ferrait chier qu'il se fasse buter par un psychopathe. Qu'il se fasse buter tout court d'ailleurs. Cherchez pas, j'ai un cœur tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Mar 25 Juil - 14:33

what are you fucking doing here?!


Fatigué. C’est le sentiment général qu’il a. Il en a plein le cul. De travailler. De galérer. De ramer. Cette journée est la goutte d’eau qui fait déborder l’océan. Oui, il n’est plus question d’un petit vase de rien du tout. Nooon, à ce stade, Max en est à un océan. Il a besoin de décompresser, de dormir, de s’amuser, de se changer les idées. Il a besoin de fuir son quotidien. Une quête de liberté qui l’assaille. Une volonté de vivre sans contrainte financière, sans contrainte professionnelle, sans contrainte familiale. Juste, rien. Faire ce dont il a envie. Ce serait quand même le pied ? A moins que cela ne suppose de vivre en ermite. Dans ce cas, il préfère encore oublier. Ermite = cabane dans la forêt = grosses araignées = crise cardiaque. Il préfère encore vivre à New-York. C’est quand même plus sûr. Vous ne trouvez pas ? Okay, la criminalité est plutôt élevée. Avec les attaques extraterrestres et compagnie, il y a de fortes probabilités de crever. Mais au moins, Max ne mourra pas tué par une araignée. C’est tout ce qu’il demande.

Perdu dans ses réflexions, il arrive devant la porte du studio. Avant d’ouvrir la porte, il attend. Il prend une grande inspiration. Il rassemble son courage. Il cherche sa patience. Etrangement, elle est perdue quelque part, juste derrière l’agacement et la provocation. Sauf qu’il faut qu’il la trouve. Il va en avoir besoin. Il n’y aura pas sa soeur ce soir. Juste sa mère et lui. Autant dire qu’ils vont se prendre la tête s’il ne fait pas d’effort. Alors, il attend jusqu’à se sentir prêt. Là, il enclenche la porte. Mais il la referme aussitôt pour éviter… une bouteille en verre. Il l’entend percuter le mur. Se briser en mille morceaux. La patience est oubliée. C’est fou, une seule petite bouteille et ça y est, il s’emporte. Un vent de colère balaie toute sa détermination, fait disparaître son calme. Il ouvre la porte à la volée. Immédiatement, il repère sa mère. Pas difficile. Elle est toujours allongée au même endroit. Des fois, il se demande si elle bouge ses fesses de son matelas ou si elle reste amorphe au même endroit. A force, elle ne pourra plus du tout se servir de ses muscles. Pas avant une bonne rééducation.

Il fonce sur elle. La colère au bord des lèvres. “Putain, mais ça va pas ! C’est quoi ton problème ?!” Il lui retire son stock de bouteilles vides, histoire de ne pas s’en prendre une dans la gueule quand il aura le dos tourné. Il avait juste envie d’un peu de tranquillité. C’est raté. La tranquillité, il doit la chercher ailleurs. Et il sait où exactement. “Tu m’laisses crever d’faim ! Et t’avais dit qu’tu r’viendrais à vingt heures avec des bouteilles ! T’es qu’un bon-à-rien ! Tu d’vrais t’casser d’ici, t’es pas foutu d’obéir à ta mère !” Elle essaye d’agripper son tee-shirt, mais il recule. Il la laisse retomber lamentablement par terre. Le coup est dur. Elle sait exactement où frapper. Elle sait parfaitement le critiquer, le démolir. Même dans son ivresse, elle sait être méchante. Un miracle. Et lui, crétin comme il est, il écoute, il assimile. Comme si la parole d’une accro valait argent comptant. Elle veut qu’il se casse ? Très bien. Il le fait. Il claque la porte derrière lui. Comme une délivrance. Il est tranquille pour la nuit. Il a seulement besoin de se trouver un coin où squatter.

Mais il le sait déjà. Il a discuté avec des connaissances. Ils lui ont parlé d’un endroit potentiellement abandonné. Information à vérifier. Après tout, ils ne font pas dans l’effraction de domicile. Ils entrent seulement dans les lieux déserts, abandonnés par des familles. Et seulement s’il y a déjà une fenêtre ouverte ou cassée, une grande grille d’aération ouverte ou un trou dans la porte. Quand je dis trou dans la porte, ne pensez pas à une chattière. Le cul de Max resterait coincé dedans. Il aurait l’air bien con, je vous le dis. Alors, il prend la direction du Queens. Le lieu est entouré de maisons. Ce qui va compliquer le travail. Enfin, pas tant que ça. Il y a toujours un moyen d’entrer discrètement. Il l’a appris au cours de ses différentes expériences. Il fait le tour de la bâtisse. Là, il est plus ou moins à l’abri des regards indiscrets. Il observe tout de même les fenêtres alentours, histoire de ne pas se faire prendre. Il cherche un endroit où squatter, pas un séjour gratuit en prison. Il fait le tour des fenêtres, jusqu’à en trouver une qui s’ouvre. Un sourire satisfait éclaire son visage. Putain, ça faisait longtemps. Ca fait presque mal. Il parie deux dollars qu’il aura des courbatures demain, tellement c’est dur de sourire. Dernier coup d’oeil autour de lui et c’est parti. Il se glisse à l’intérieur de la maison. Il porte la main à son éternel sac-à-dos, à la recherche de sa lampe-torche. Il arrête son mouvement. Il apporte toujours une lampe-torche. Toujours. Toujours. Toujours. Sauf ce soir. Fait chier. C’est ce qui lui permet d’être discret et de ne pas éveiller l’attention. Fuck. Tant pis. Il se débrouillera sans. En fouillant, il en trouvera peut-être une dans la maison.

Il avance à l’aveugle. Il se rend rapidement compte qu’il est dans la salle de bains. En général, ce n’est pas la pièce la plus intéressante. Il la quitte rapidement pour traverser le salon. Il se prend le pied dans un meuble, manquant de 1/ hurler de douleur 2/ faire tomber un bibelot 3/ de se casser l’orteil. Il reprend tout de même son chemin. Cette fois, il tâtonne. Il place ses deux mains devant lui, prêtes à toucher toutes les surfaces qui se présenteront et à l’avertir d’un obstacle. Bientôt, il trouve le salon. Il découvre une lampe placée à côté du canapé. Assez discrète pour ne être aperçue de l’extérieur. Assez lumineuse pour voir où il met les pieds. Ou, dans son cas, le cul. On n’est pas à l’abri d’une pizza mutante oubliée sur le canapé. Ou d’un plat de nouilles en état de décomposition avancée. Il en sait quelque chose. Mais en se fiant à son odorat, il sait qu’il n’y a pas de trucs en train de pourrir. Ce qui est déjà un bon point. Il se laisse tomber sur le canapé. Sa main rencontre immédiatement une télécommande. La télé ! Ca, c’est cool. Il la met en route, en baissant le volume au minimum. Il ouvre son sac-à-dos pour de bon, cette fois. Il a faim. Il a anticipé le truc, en achetant un sandwich sur le chemin. Normalement, dans les maisons abandonnées, il n’y a rien de très bon dans le frigo. Et il ne compte pas tellement s’empoisonner avec des cornichons pourris.

Il a le regard plongé dans la télé (ils sont en train de tuner une voiture), tout en déballant son précieux repas. Il sait qu’il va passer une bonne soirée. Rien ne peut l’entacher. Une télé pour le divertir, un canapé pour dormir, un sandwich pour manger. Tout est… “Max !” PUTAIN DE MERDE ! Son coeur manque un battement. Le sandwich s’envole. Sa main attrape le premier truc qu’elle trouve. La télécommande. Super arme de défense. Vraiment. Vous la balancez dans la gueule de quelqu’un et immédiatement, il se trouve aveuglé et dans le coma. La police utilise les télécommandes, vous ne saviez pas ? Max reste bouche-bée en voyant Frank dans le salon. Qu’est-ce que… "Je peux savoir ce que tu fois ici? Putain ! Tu ne peux pas arrêter deux secondes tes conneries?! Y'a un tueur psychopathe qui tue des gosses de ton âge qui vit ici ! Tu n'as même pas cherché à te renseigner !" Ben, ça se voit pas ? Il regardait la télé, en s’apprêtant à déguster un merveilleux sandwich qui est… attendez, où est passé son dîner ? Un coup d’oeil par terre lui suffit pour savoir. Super, merveilleux. Y a de la mayo partout, maintenant. Frank a intérêt à nettoyer sa connerie ! Wait, le mec a parlé d’un tueur psychopathe ? C’est quoi ce délire, encore ? La maison est abandonnée. Il n’y a pas de tueur psychopathe ici… n’est-ce pas ? Et puis, merde, il n’est pas un gamin. Il a la majorité ! Sans compter que le ton de Frank lui plaît moyen. On dirait son père. Enfin, il suppose qu’un père lui parlerait comme ça. Ce n’est pas comme si il avait un point de comparaison.

Il se lève d’un bond. C’est qu’il a bien appris la leçon : toujours se disputer en étant debout. Ca donne plus de poids à vos propos et surtout, vous ne pouvez pas être bouffé en trois secondes par la personne qui est debout. Question de domination, tout ça. Déjà que Max ne brille pas pour son mètre quatre-vingt, il ne s'agirait pas de donner plus d'avantages à son interlocuteur. “Putain, mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi ?! On débarque pas comme ça, en pleine nuit, sans prévenir et merde, t’es pas mon père ! Alors, j’te permets pas de me parler comme ça. Tu vas faire quoi ?! M’envoyer au coin ? Bouuuuh, j’ai peur !” Le gamin insolent dans toute sa splendeur. Il s’en fout, il l’assume. De toute manière, on le traite comme tel, alors autant avoir le comportement qui va avec. Il n’a pas franchement le courage d’agir autrement. Il est fatigué par cette vie, par ces gens qui le surveillent, par ces personnes qui pensent savoir ce qu’il y a de mieux pour lui. La preuve : si c’était vraiment la maison d’un serial killer, il y aurait des cadavres partout, du sang, des photos cheloues, une odeur étrange, des haches et des couteaux de boucher. Et il ne voit rien de tout ça ! So fuck off. “Qu’est-ce qui te fait croire que j’ai pas juste envie de m’faire tuer par ton… tueur psychopathe ?! Et sérieux, t’aurais pu trouver une meilleure excuse pour me suivre partout !” Après tout, il a une vie de merde. Autant y mettre fin. Frank n’est pas sans le savoir. Il aurait pu y penser avant de débouler ici et de foutre en l’air son sandwich. Les gens suicidaires font parfois des choses désespérées. Si ça se trouve, Max en fait partie. Et ce n’est pas Frank qui va le sauver. Tuer pour faire le “bien” ne lui donne pas le droit d’empêcher les autres de se détruire. Merde, quoi !

Il se penche pour récupérer son sandwich. Il le remballe et le jette dans son sac, furieux. Le destin lui refuse cinq minutes de tranquillité. Cinq minutes de pause. Cinq minutes d’oubli. Il en a ras le cul. “Fiche-moi la paix, Frank !” Il balance sa dernière phrase en passant à côté de l’intéressé. Il est bien décidé à s’installer ailleurs et à ne pas être suivi par ce crétin de Frank. Il a juste envie d’être tranquille. Enfin, si ce n’est pas trop demandé. Il vient de passer une journée de merde. Il a failli finir avec des morceaux de verre dans la face. Et maintenant, le clou de la soirée : Frank qui le flique comme s’il avait cinq ans. Bordel, c’est quoi le problème de cette société ? Y a un moment, faut qu’on le laisse tranquille ! Et ce moment, c’est ce soir.

(c) AMIANTE


WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Mar 25 Juil - 23:20


Oh pardon, je l'ai dérangé pendant qu'il faisait une connerie? Si seulement cette connerie ne lui coutait pas la vie. Il a raison, je ne suis pas son père, parce que si je l'avais été, j'aurais vraiment eu peur pour lui et il serait déjà dehors à l'heure qu'il est. Je ne sais pas ce qu'il vit et je m'en contre fous. Peut-être pas. Peut-être que la mort de mon fils me donne envie de protéger Max. Il ne me croit pas pour le tueur psychopathe. Vraiment ? Y'a vraiment que moi qui sait ce qu'il se passe avec ce type ? Faut dire, il sait bien y faire, tellement que les flics passe à côté. Mais j'ai bien vu dans son petit jeu à ce Allan McGregor. Si seulement c'était faux. Mais non. Il les trouve dans la boite de nuit du coin, il les prend assez bourré et il les conduit ailleurs, dans un entrepôt. Il attend qu'ils se réveillent et là ... le cauchemars commence pour eux. Il les viole, les torture et les coupes en morceaux et pendant ce temps, il les prend en photo.

Il veut que je lui fiche la paix. Bien, j'étais pas venu pour lui mais pour ce psychopathe. Donc je vais m'occuper de ce psychopathe. Je marche dans le salon jusqu'à ce que j'entende une latte craqué et je me met à genoux pour soulever cette latte. Et je retrouve la fameuse boite à chaussure où toute ses photos sont dedans. Je ne m'occupe pas de Max, je le laisse tranquille. On a encore le temps avant que le tueur d'ado n'arrive alors il peut sortir sans soucis. Enfin, s'il n'a pas eu un imprévu et qu'il a dû rentrer plus tôt. Je prend cette boite à chaussure, je remet la latte correctement, me relève et je vais donner l'une des photos à Max, pour lui donner la preuve que ce n'était pas une excuse. Pour le reste, je compte les afficher un peu partout dans sa maison. Ainsi, lorsqu'il rentrera de chez lui, il comprendra que quelqu'un connaît son petit secret.

"Va au 1002, 77ème avenue, premier étage, porte du fond. Y'a la télé et à manger. Et un chien." Bon, on dirait un ordre, mais je ne vais pas faire attention s'il y va. "Si tu veux être tout seul pour la nuit, y'a pas de soucis, j'irai dans une autre de mes planques." Et j'ai rien à craindre de lui révéler où elles sont. C'est pas comme s'il allait se pointer pour me voir. C'est même tout le contraire, il me fui comme la peste. Et je peux comprendre. Je l'ai plutôt bien enguirlandé lorsque je l'ai surpris à vendre de la drogue. Maintenant, je le surprend à aller chez les psychopathe. Il a peut-être raison, il a vraiment envie de foutre sa vie en l'air. Et ça me brise le cœur. "Après, si tu veux rester ici, c'est toi qui voit. Il arrive dans vingt minutes. Si tout ce passe comme prévu." Et rien ne se passe comme prévu alors je nous donne dix minutes si ce n'est pas maintenant.

La porte d'entré se déverrouille et on est encore dans le salon. Je l'attrape par la main pour aller dans la salle de bain. Je garde mon calme et j'ai confiance en Max pour qu'il fasse de même. Inutile de lui faire signe de se taire s'il ne veut pas d'ennui. Il n'empêche que je ne me gênerais pas pour lui faire remarquer que j'avais raison. Je laisse la porte de la salle de bain entre ouvert, autre signe pour lui montrer que je lui fais confiance et enfin je retourne dans le salon, me cachant dans l'ombre pour surprendre le type. On n'a pas éteint la télé mais ça ne surprend pas le tueur, puisqu'il a prit la place que Max avait prit plus tôt et regarde la télé comme de rien n'était. Avec la tache de mayonnaise toujours présente. "Alors, on est parti s'amuser?" Là, il flippe. Tu as raison ordure, flippe. "Qui est là?" Il flippe mais il garde son calme. "Le grand méchant loup. Dis-moi, ça t'ai déjà arrivé de tuer des jeunes personnes de 21 ans?" Je pose cette question uniquement parce que je sais que Max entend tout et qu'il a 21 ans. "Je ne tue personne." Ce mensonge aurait pu passer, si je ne connais pas toute l'histoire. C'est a ce moment que je décide de sortir de l'ombre pour lui montrer qui je suis. Je sors même mon flingue dedans lui. Je lui montre que je suis venu ici pour le tuer, pas pour autre chose. "Vraiment? " Je lui jette la boite à photo vers lui. "Et ça c'est quoi? Des photos prises sur le net?" Va trouver un mensonge pour celui-ci. Il lâche la boite et s'apprête à courir mais je sors un couteau au dernier moment pour le lui lancer dans la jambe. Il tombe d'un coup. Ainsi, il n'ira plus très loin. "Je réitère ma question : est-ce que ça t'arrive de tuer des jeunes personnes de 21 ans?" Je me rapproche de lui et le surplombe de ma hauteur. "Va te faire foutre Punisher. Tu me tueras quand même." Vrai. Mais je veux juste prouver à Max qu'il courait un danger et que je lui ai sauvé les fesses. C'est vraiment ça, mais je ne le lui dirais pas.


ONE BATCH TWO BATCH
Frank Castle is dead. He died with his family. In extreme situations, the law is inadequate. In order to shame it's inadequacy, it is necessary to act outside the law. This is not vengeance. Revenge is not valid motive, it's an emotional response. No, not vengeance. Punishment. ▬ Sic vis pacem, para bellum. + The Punisher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Jeu 27 Juil - 14:35

what are you fucking doing here?!


Etrangement, s’énerver contre Frank ne lui sert à rien. Ca ne le défoule même pas. Ca vaut bien le coup de hurler, si cela n’apporte rien en retour. Il n’en tire aucune satisfaction, aucun soulagement. Rien de rien. Il a juste l’impression de s’enfoncer davantage dans la merde. Il prend un bain de misères et il se noie allègrement dedans. Changer de vie. Voilà ce dont il a besoin. Pas de se faire tuer par un serial killer, ni de se faire sermonner par Frank comme un gamin de cinq ans. Franchement, il a la tête d’un gosse ? Non. Il va à l’école ? Non (même s’il devrait, on est d’accord). Est-ce qu’il joue encore à G.I. Joe ? Non. Au contraire, il travaille, il élève tout seul sa soeur, il essaye de faire vivre une famille de trois personnes. Alors, ce n’est pas monsieur Costaud qui va lui dicter sa conduite. Son comportement, Max est le seul à pouvoir le décider et le juger correct ou non. Il est bien décidé à se casser, mais Frank lui fout une photo sous les yeux. Sérieux ? Max n’y jette même pas un coup d’oeil. Au contraire, il lève les yeux au ciel. Quoi ? Frank lui montre une photo de famille pour lui arracher une larme ou quoi ? Il finit tout de même par prendre le cliché. Il se rapproche de la télé pour discerner les détails.

Okay. Peut-être qu’il n’aurait pas dû. Il va vomir le peu de sandwich qu’il a avalé. “Bordel ! Quel genre de cinglé fait ça ?” La question est sincère. Et dégoûtée, aussi. Il connaît déjà la réponse. C’est le genre à n’avoir rien à perdre, à avoir eu une vie perturbante, à ne pas avoir de scrupules. Et dire que ce genre de personne pourrait s’approcher de sa soeur… Max en a des frissons. Il rend la photo à Frank. Il en a assez vu. C’est bon. Frank peut être content de lui. Il a réussi à le convaincre de partir. Heureux ? “Va au 1002, 77ème avenue, premier étage, porte du fond. Y'a la télé et à manger. Et un chien.” Ses yeux se plissent. C’est quoi ce cirque ? Maintenant, Frank veut l’héberger ? Et puis quoi, encore ! Max est assez grand pour se démerder tout seul. Ce n’est pas parce qu’il se réfugie chez les autres qu’il est totalement à la rue. Il a un studio. Avec une mère alcoolique, certes, mais c’est toujours mieux que l’appartement d’un mercenaire. Surtout avec un chien pour surveiller le logement. Max est prêt à parier cinq dollars que ledit chien ne s’appelle pas Brenda et n’est pas un chihuahua. Si c'est pour se faire bouffer les mollets, c'est pas la peine. Les mollets, c'est utile pour marcher, si vous ne le saviez pas.

Si tu veux être tout seul pour la nuit, y'a pas de soucis, j'irai dans une autre de mes planques.” Il a rien demandé, bordel ! Il veut seulement être tranquille une soirée. Pas être hébergé gratuitement par le premier mec qu’il croise. Mec qui, rappelons-le, l’a chopé en train de vendre de la drogue. Autant vous dire qu’il n’a pas franchement envie de squatter ses quartiers. Quoique, cela pourrait être sympa à explorer. Max pourrait en découvrir plus sur lui. Mouais. Un autre soir, peut-être. Pour le moment, il a juste envie de s’éloigner de Frank. Être le plus loin possible de lui et de sa cible. Ca semble être une bonne chose pour le moment. “Ca va ! J’ai pas besoin de ton hospitalité !” Il lance un regard noir à Frank. Il sait pourtant. Que ce mec n’est pas le problème principal de sa vie. Qu'il essaye juste de l’aider, voire de le protéger. Mais est-ce que Max a demandé une quelconque aide ? Non. Alors, que Frank aille se faire voir avec ses bonnes intentions. “Après, si tu veux rester ici, c'est toi qui voit. Il arrive dans vingt minutes. Si tout ce passe comme prévu.” Ouais, c’est ça. Vas-y, continue à essayer de le faire flipper. Avec son insistance, Frank lui donnerait presque envie de rester. Juste pour lui prouver qu’il est capable de survivre à un serial killer. C’est vrai, quoi.

Il est agile. Il sait se battre. Il est capable de s’extirper de n’importe quelle pièce. Il ne sera pas une victime facile. Il peut bien tenter le coup. L’idée lui traverse l’esprit. Une idée suicidaire et borderline à souhait. Ce n’est l’espace que d’une seconde et déjà, les choses se précipitent. Peut-être bien que son idée va se concrétiser, finalement. Ils entendent tous les deux la porte d’entrée se déverrouiller. Ca sent mauvais. Très mauvais. Et je ne parle pas des pieds puants de Max, mais bien du psychopathe qui rentre chez lui, probablement avec un autre butin qu’il va dévorer à pleine dents devant sa télé. Pardon, j'ai trop regardé Hannibal. Max n’a pas le temps de réagir. Il est déjà entraîné par Frank dans la salle de bains. Il essaye de se défaire de sa prise, mais sans succès. Merde, il joue à quoi, là ? Frank veut préserver son innocence ou une connerie dans le genre ? Hé ben, c’est raté. Max vit dans le Bronx. Il a déjà vu des gars se faire tuer. Ce ne serait pas la première fois. Il en a souvent cauchemardé, mais il ne l'avouera pas. Il ouvre la bouche pour protester. Il n’a pas le temps d’articuler quoi que ce soit. Frank lui fait signe de se taire. Etrangement, Max obéit. Peut-être qu’il a enfin compris que c’était pas le moment de faire le con. Peut-être.

Il regarde Frank s’éloigner par l'entrebâillement de la porte. Merde, alors. Il y a vraiment un tueur dans cette maison. Un tueur qui va mourir des mains… d’un autre tueur. Génial. Quelle merveilleuse soirée il est en train de passer. Au loin, la voix de Frank semble menaçante, effrayante. Max essaye de s’imaginer la scène. Le grand et effrayant Frank, dont la tête serait soudainement surmontée de deux cornes. En face, le meurtrier minuscule, effrayé. Dans un sens, Max comprend pourquoi Frank fait ça. C’est vrai. Il doit s’enivrer de toute cette puissance, de toute la peur qu’il génère chez les autres. Il se prend un peu… pour Dieu. Ouais, c’est ça. Aucun doute. Le mec est mégalo. “Le grand méchant loup. Dis-moi, ça t'ai déjà arrivé de tuer des jeunes personnes de 21 ans?” Ben voyons ! Faut vraiment que Frank arrête. Il se croit dans un film ou quoi ? Hello, c’est la vraie vie. Max ne manquera pas de le lui dire. Enfin, il se permettrait même d’intervenir dans la scène si la situation n'était pas aussi sérieuse et dangereuse. Pour le moment, il reste bien sagement dans la salle de bains. Il n’aura probablement jamais autant suivi les ordres de Frank que ce soir-là. Même la fois où il lui a dit (ou plutôt, l'a brutalisé) d’arrêter de vendre de la drogue, Max était prêt à recommencer une semaine plus tard. Cette fois, il n’a pas franchement envie de se retrouver au milieu de cette conversation. Et puis, Frank semble parfaitement gérer. Il n’a pas besoin de lui.

Un hurlement le fait sursauter. Merde. Frank torture le mec ou quoi ? Il quitte l'ouverture pour s’adosser au mur. Il articule un “putain” en silence. Il se croirait dans un foutu film d’horreur. Un fucking film d’horreur. Avec le psychopathe qui tue ses compagnons dans la pièce d’à côté. Avec la musique flippante en fond sonore. Avec le myocarde qui s’emballe. Est-ce qu’il est le seul à entendre son coeur ou tout le monde l’entend ? Bon sang, il a l’impression que son organe va exploser. M’enfin, ce qui peut lui arriver est toujours moins pire que ce qu’il se passe dans le salon. Il serait peut-être temps de s’enfuir. De toute manière, Frank veut qu’il se casse. Alors, il peut le faire. Maintenant. Histoire de ne pas entendre le coup de feu final ou de ne pas écouter les hurlements de douleur de la victime. Enfin, si on peut encore parler de victime. Mais il reste scotché au mur. L’oreille tendue pour entendre ce qu’il se passe dans le reste de la maison. “Je réitère ma question : est-ce que ça t'arrive de tuer des jeunes personnes de 21 ans?” Putain, mais Frank a une obsession pour les gens de vingt-et-un ans. C’est pour ça qu’il s’en est pris à Max, en fait. Parce qu’il a cet âge-là. Mais comment Frank aurait pu le savoir ? Très bonne question. M’enfin, le mec est un mercenaire qui a l’habitude d’espionner et d’étudier les gens. Il a sûrement fait deux trois recherches, ça n’a pas dû être compliqué. A moins que tout ça ne soit un message à l’intention de Max. Mouais, il préfère encore la version d'un Frank fou. Histoire de l’accabler un peu plus de défauts.

Va te faire foutre Punisher. Tu me tueras quand même.” Le mec est lucide. Félicitations ! Ca aura au moins été son dernier trait d’esprit avant de crever. Attendez, Frank va vraiment le tuer ? Nooon. Pas avec Max dans les parages. Il ne prendrait pas le risque d’en faire son complice. Et hors de question qu’il le laisse faire, qu’il entende le coup de feu, le dernier râle de vie du mec… Non ! Okay, c’est un assassin qui mériterait de crever. Mais il doit être jugé. Et est-ce que Frank a vraiment la gueule d’un juge ? Nope. Il lui manque la perruque blanche, la robe noire et le petit marteau. Quoi ? Ca fait longtemps que les juges ne cachent plus leur calvitie ? Fait chier ! Il hésite. Et finalement, il avance dans le couloir. Il s’arrête dans l'encadrement de la porte. Il ne va pas plus loin, histoire de rester un minimum dans l’ombre et de garder ses traits cachés de l’assassin. Sait-on jamais que le mec se rende compte qu’il y a quelqu’un de vingt-et-un ans (et de vivant) dans sa maison. Il se racle la gorge pour attirer l’attention des deux individus. “Excusez-moi… Loin de moi l’envie de perturber votre… rencard, mais j’aimerais parler avec le Punisher. On ne sera pas long.” Vous voyez, Max peut être un gamin très poli et bien élevé. Il n’est pas un cas désespéré. On omettra évidemment qu’il interrompt un mercenaire et un tueur en série et que donc, la politesse est la moindre des choses s’il souhaite rester en vie. Léger détail.

Il attend que Frank le rejoigne dans le couloir. Il se met alors à chuchoter, histoire que la conversation reste entre eux. “D’abord, j’ai jamais eu l’occasion de te le dire, mais Punisher, c’est vraiment nul comme nom. Tu l’as choisi ou on te l’a donné ? Parce que sérieux, faudrait penser à le changer.” Okay, il s’égare. Concentration, Max, concentration. Il en va de sa culpabilité et de ses remords. Si il ne fait rien, sa soeur lui en voudra. Non pas qu’il compte lui raconter sa soirée. Elle risque de le prendre pour un menteur, un fou, un inconscient et un idiot de première. Il est bien décidé à éviter de s’en prendre plein la gueule, hein. “Tu comptes vraiment le tuer ? Sérieux ? Tu peux pas le déposer à la police et les laisser faire leur job ? J’sais pas, tu lui as fait suffisamment peur pour qu’il parle, non ?” Naïf, peut-être. Mais même s’il vit l’enfer tous les jours et qu’il doit survivre, il croit encore en l’utilité de la Justice. Enfin, légèrement. Parce qu’il n’oublie pas que les lois sont votées par les politiques. Ceux-là même qui laissent les plus démunis dans la merde. Pour autant, il n’est pas fan de l’idée de semer des cadavres partout. Pas vous ?


(c) AMIANTE


WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Ven 28 Juil - 13:20


Qu'est-ce que ... Max qui intervient ! Putain, je lui faisais confiance. Heureusement que ce salaud va mourir, il ne pourra pas dire qu'il y avait un gamin qui l'a intimidé. Pardon, Max n'est pas un gamin, c'est un adulte responsable. La preuve, il veut m'empêcher de le buter. Parce que j'étais sur le point de le faire avant qu'il ne fasse son intervention. Faîtes des gosses. Bon il veut me parler. Loin des oreilles de ce malade je suppose alors on va à l'écart, mais pas trop non plus, j'aimerais avoir un œil sur le blessé. Qui sait ce dont il est capable. Bon qu'est-ce qu'il me veut ?

Me dire que le Punisher c'est nul comme nom ? Qu'il voit ça avec les journalistes, c'est leur problème. Comme si j'avais la prétention de me donner un nom. Qui fait ça ? L’araignée surement. C'est qu'un ado qui est content d'être connu, forcément qu'il va se donner un nom. Daredevil l'a fait aussi. Je peux garder Frank Castle. le fait que je sois soit disant mort plus d'une fois, fait déjà flipper pas mal de monde. Avec la devise "on ne tue pas Frank Castle, c'est lui qui vous tue." Ouais flippant. Merci Max de me faire réfléchir à ça pendant que tu ne prend pas la situation au sérieux. Evidemment, l'autre se vide de son sang mais il bouge. Pour faire quoi ? Appeler les flics. Précise que tu vas mourir ordure! "Non, je ne l'ai pas choisit. Tu me fais chier pour me dire ça ?" Pardon pour le langage mais Mad Max n'est plus un enfant. Et non, Max ne m'empêche pas de le tuer pour me dire ça, mais pour vraiment m'empêcher de le tuer. Mon regard change sur lui. Je passe d’agacement à ... peiné. Son innocence me fait de la peine. J'aimerai lui montrer qu'il a tord, que ce malade arrivera à s'en sortir, mais je ne veux pas non plus que la société le déçoive.

Mais il est grand pas vrai ? Il comprendra mon choix. "Tu veux vraiment sauver la vie de ce malade ? Réfléchi une minute. Avec un peu de chance, il sera interné dans un hôpital psychiatrique. Il est assez intelligent pour que son psy le fasse sortir plus tôt, parce qu'il aura jugé qu'il sera "guérit". Tu crois vraiment qu'il le sera? Qu'est-ce qui te fait croire qu'à la minute où il sera dehors, il ne tuera pas ta soeur?" C'est bas d'utiliser sa soeur pour le convaincre, mais ça peut vraiment arrivé. Suffit que ce malade fasse des recherches sur moi pour trouver Max et s'en prendre à lui ou à sa famille. Je ne veux pas lui faire de peine, mais il est grand pour comprendre que la vie n'est pas rose. Que n'importe quel malade pourrait s'en prendre à elle. "Ok autre scénario : il va en prison. Pour combien temps ? A vie ? Ça serait un miracle. Et il pourrait sortir pour bonne conduite ? En soudoyant les gardiens ? En s’échappant, tout simplement. Tu veux faire quelque chose de bien ? Pense à ta soeur. En arrêtant tes conneries. Tu vaux mieux que ça en plus, m'enfin. Tu es assez mature pour le savoir normalement. Si tu veux vraiment sauver la vie de quelqu'un, sauve la vie de ta soeur, pas de ce malade qui en a déjà prit trois. Tu veux avoir bonne conscience? Pense à ceux qu'il a tués. A ces familles qui ont perdu quelqu'un qu'ils aimaient plus que tout. Un enfant, un frère, une soeur. Qu'est-ce qu'elles voudraient ces familles ? Qu'il aille en prison ? Ou qu'il meurt?" J'ai déjà prit une décision à vrai dire. Je veux juste qu'il y pense. Pas forcément qu'il comprenne et qu'il soit d'accord avec ce que je fais, mais juste qu'il y pense. Quoi qu'il arrive, il pourra toujours se dire qu'il aura essayé. Mais si je décide de le laisser en vie, et que ce malade arrive à s'échappe et tue à nouveau, il le regrettera. Et je ne veux pas que ça arrive, allez savoir pourquoi.


ONE BATCH TWO BATCH
Frank Castle is dead. He died with his family. In extreme situations, the law is inadequate. In order to shame it's inadequacy, it is necessary to act outside the law. This is not vengeance. Revenge is not valid motive, it's an emotional response. No, not vengeance. Punishment. ▬ Sic vis pacem, para bellum. + The Punisher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Sam 29 Juil - 11:37

what are you fucking doing here?!


Pourquoi il s’engage sur cette voie ? Il est vraiment con ! Il va essayer de changer l’avis d’un gars convaincu du bien-fondé de ses actions. Autant dire que Max a très peu de chance d’obtenir gain de cause. Attendez, non en fait, il n'a aucune chance. Ils perdent du temps. Et pour rien, en plus. Mais Frank n’arrête pas de le sermonner et de lui reprocher son comportement. Oui, Max a vendu de la drogue. Oui, il s’est introduit chez quelqu’un, un serial killer qui plus est. C’est toujours moins grave que d’assassiner froidement des gens comme le fait Frank. Il peut se cacher derrière l’impression qu’il fait le bien en éradiquant tous criminels de la surface de la terre. Sauf qu’en faisant cela, il n’est pas bien différent des connards qu’il tue. Est-ce qu’il y a une infime possibilité que Frank s’en rende compte ? Non, définitivement non. Alors pourquoi, bordel, Max se fait chier à argumenter ? Il doit être maso. Mouais, ça doit être ça. Genre, il est le mieux placé pour faire des leçons et pour essayer de ramener quelqu’un sur le droit chemin. Lui, le gentil petit garçon bien sage, bien élevé. On y croit, on y croit. En plus, vu la confiance que Frank a en lui, il ne va même pas écouter ce qu’il a à dire. Ben oui, le mercenaire le prend pour un dealer de drogue seulement bon à s’attirer des ennuis. Autant dire qu’on a fait plus crédible, hein.

Cela dit, Max a une technique. Il a un super plan d’attaque qui se déroule en plusieurs étapes. La première : interrompre Frank et le tueur pendant leur face-à-face. Etape réussie avec succès. Max n’a pas eu besoin de tirer Frank par son caleçon de Frank. Il était même prêt à sauter sur son dos et à l’orienter dans la maison, en lui tirant sur les oreilles. Ca aurait pu être fun, admettez ! Deuxième étape : faire de l’humour et pour ça, il n’y a rien de mieux que de plaisanter sur son ‘nom de scène’. Vu la tronche qu’il tire, il n’a pas trop l’air de rire. Est-ce que Frank Castle sait seulement rire ? Naaaaaah, ça n’irait pas sur son visage. Et d'ailleurs, si d'aventure il souriait, il aurait l'air d'un psychopathe près à décapiter tout le monde. Autant éviter. “Non, je ne l'ai pas choisit. Tu me fais chier pour me dire ça ?" Mais non, enfin ! Il ne l’embêtait pas juste pour ça. Il est pas con, quand même ! Frank le prend pour qui ? Il comptait aussi lui demander la recette de sa célèbre quiche ! Elle est siiiii délicieuse ! Il se demande comment le gars fait pour obtenir ce côté si croustillant et moelleux à la fois. Et comme Frank propose justement de répondre à touuuutes ses questions, Max ne va pas se gêner pour soutirer tous ses secrets culinaires… Plus sérieusement, c’est l’heure d’enclencher la troisième étape de son plan machiavélique.

Entrer dans le vif du sujet. BIM ! Remettre en cause tous ses meurtres. Hm ? Oui, il faut être suicidaire pour dire à un tueur qu’il devrait arrêter de tuer parce que sa raison de base est pourrie. Mais bon, Max a déjà prouvé qu’il l'était légèrement. "Tu veux vraiment sauver la vie de ce malade ? Réfléchi une minute. Avec un peu de chance, il sera interné dans un hôpital psychiatrique. Il est assez intelligent pour que son psy le fasse sortir plus tôt, parce qu'il aura jugé qu'il sera "guérit". Tu crois vraiment qu'il le sera? Qu'est-ce qui te fait croire qu'à la minute où il sera dehors, il ne tuera pas ta soeur?” Et voilà ! Frank est grognon et il râle ! En plus, il joue la carte sensible, celle de la soeur. Ben voyons ! C’est un vrai con, ce Frank. Déjà, il ne se rend même pas compte de son délire et il essaye d’amadouer Max avec une technique pourrie. Il croit quoi ? Que Max se fout totalement de sa frangine ? Même si elle lui tape sur les nerfs parfois, il ne veut pas sa mort. Bien au contraire. Elle est la personne la plus importante dans sa vie. Raison pour laquelle il la protège, il veille sur elle. “Laisse ma soeur en dehors de ça. Tu ne nous connais pas et tu ne sais pas tout ce que je fais pour elle.” Au tour de Max de grogner. Après tout, y a pas que les grands méchants qui peuvent être en colère. Les petits gentils peuvent aussi l’être. Surtout quand on touche à la famille.  

De toute manière, il a compris depuis longtemps qu’il ne pouvait pas être derrière le dos de sa soeur H24. Comment il l’a su ? Hmm, comme c’est embarrassant. Disons qu’il s’est fait arrêter par les surveillants de l’école parce qu’ils pensaient qu’il essayait de mater les gamines dans la cour d’école (sérieux ? Il a une tête de pervers ?). Qu'est-ce qu'il faisait, alors ? Il s'assurait que les garçons n'embêtaient pas sa soeur. Ni les filles, d'ailleurs. Et aussi, parce que sa soeur lui a dit qu’elle n’avait plus trois ans et qu’elle pouvait traverser une route toute seule, sans que son frère l’accompagne. Depuis, il a compris. Un peu. Il était quand même à deux doigts de lui demander de déposer des cailloux sur son chemin pour qu’il puisse la retrouver, en cas de besoin. Il aurait été riche, il lui aurait donné une balise GPS. Mais il est pauvre, alors on fait avec les moyens du bord… Non en fait, quand il a compris qu’il ne pouvait pas la protéger, c'est quand elle est tombée dans les escaliers. Truc tout con. Il n’aurait pas pu anticiper. Il n’aurait pas pu protéger les marches avec des mousses ou une connerie du genre. Elle s’est ouverte le menton. Ca pissait le sang de ouf. Pire qu’un film d’horreur. Il a failli vomir, mais elle chialait tellement qu’il l’a emmenée directement aux urgences. Sans passer par la case vomito, du coup. Bref, on s’est égaré, là !

Revenons à ce cher Frank. Frankie. Frankikie. Kikie. Kikie d’amour. Kikie le beau gosse. Kikie le… Pardon. Frank, donc. “Ok autre scénario : il va en prison. Pour combien temps ? A vie ? Ça serait un miracle. Et il pourrait sortir pour bonne conduite ? En soudoyant les gardiens ? En s’échappant, tout simplement. Tu veux faire quelque chose de bien ? Pense à ta soeur. En arrêtant tes conneries. Tu vaux mieux que ça en plus, m'enfin. Tu es assez mature pour le savoir normalement. Si tu veux vraiment sauver la vie de quelqu'un, sauve la vie de ta soeur, pas de ce malade qui en a déjà prit trois. Tu veux avoir bonne conscience? Pense à ceux qu'il a tués. A ces familles qui ont perdu quelqu'un qu'ils aimaient plus que tout. Un enfant, un frère, une soeur. Qu'est-ce qu'elles voudraient ces familles ? Qu'il aille en prison ? Ou qu'il meurt?" Putain, mais c’est dingue ! Est-ce que Frank s’entend parler, au moins ? Si ça se trouve, il parle, il parle, il parle, mais son cerveau ne percute pas et ses oreilles ne captent rien. Ca expliquerait pas mal de choses… Et il cherche à faire quoi, là ? A le faire culpabiliser ? A attirer sa sympathie pour des inconnus ? Max n’est pas idiot. Il serait le premier dévasté à l’idée que sa soeur meurt entre les mains d’un connard et que celui-ci s’en sorte. Il aurait sûrement envie de tuer le responsable de ses propres mains. Pourtant, est-ce qu’il le ferait ? Y a une différence majeure entre souhaiter sa mort et la concrétiser. Sans compter qu’avec le temps, il comprendrait que souhaiter la mort de quelqu’un n’est pas bien, ni bienveillant, ni souhaitable.

Et après, on dit qu’il est immature. Qui c’est le plus immature des deux ? Celui qui veut taper sur l'assassin ou celui qui veut traîner le criminel devant la justice ? Franchement ! On dirait que Frank est sur le point de tuer le mec qui lui a volé son quatre heures. “Si tu le laissais se faire juger et aller en taule, on le saurait ! Si ça se trouve, il se fera déchiqueter par ses copains de prison. Ce qui est franchement pire et au moins, t’auras pas de sang sur les mains et t’auras laissé faire la justice ! Franchement, Frank, qu’est-ce que t’as à perdre ? T’auras qu’à le surveiller, s’il sort, et le tuer avant qu’il ne recommence !” Aussi simple que cela. Laisser une seconde chance. Faire confiance aux gens. Hey, mais est-ce que ce n’est pas ce qu’à fait Frank avec Max ? Mais si ! MON DIEU, mais Frank n’est pas un cas désespéré. Il y a un bon fond, derrière toute sa noirceur. Faut juste dégager toute sa détermination à tuer pour laisser passer un peu de bonté. Allez, hop, on creuse, on creuse, on creuse ! C’est le moment parfait pour activer l’avant-dernière partie de son plan : le prendre par les sentiments. Après tout, Frank fait bien la même chose, lui. Max a bien le droit de se battre avec les mêmes armes, non mais ! “Tu vas vraiment le tuer alors que je suis là ?” Lui, pauvre petite victime qui cherche seulement à nourrir sa famille. Lui, du haut de ses deux décennies. Lui, sa naïveté encore protégée de toute méchanceté. Lui, son monde de Bisounours encore intact. Franchement ? Frank oserait vraiment lui faire ça ? Max hésite à lui faire une moue attendrissante. On sait jamais que ça fonctionne. Mais il renonce, même s’il mise tout sur cette étape. La dernière risquerait d’être 1/ suicidaire 2/ inconsciente 3/ dangereuse 4/ irraisonnable 5/ violente. En quoi elle consiste ? Baisser le froc de Frank pendant qu’il a le dos tourné et fuir en courant, évidemment.


(c) AMIANTE


WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Dim 30 Juil - 0:20

Putain Max ! Il a fallut qu'il ait raison en plus. Qu'est-ce que j'ai à perdre ? S'il ne va pas en prison, c'est la mort assuré pour lui. Mais je ne peux pas me permettre de faire ça a tout le monde. Sinon, je laisse ma place à Daredevil et on n'en parle plus. Par contre, je me fiche pas mal d'avoir du sang sur les mains ou pas. S'il savait la quantité que j'ai, il en vomirait probablement. Mais son innocence me touche vraiment. Fichu gosse. J'aurai aimé que mon fils ait son caractère. Mais pas qu'il fasse les mêmes conneries. Fin, je vois pas pourquoi mon fils voudrait vendre de la drogue. S'il avait besoin d'argent, je lui en aurait donné. Sa mère aussi. Max n'est pas dans la même situation que mon fils. Mais si Max avait une meilleure vie, ouais j'aurais vraiment aimé que mon fils lui ressemble. Par contre sa dernière phrase ne me fait pas changer d'avis. Je le prend pour un adulte là, et je tue devant les adultes.

"Oui, je peux le tuer alors que tu es là. Tu es assez adulte pour le supporter pas vrai ?" La question est : est-ce que je vais vraiment le faire ? Si je n'étais vraiment qu'un enfoiré de psychopathe assoiffé de sang, je l'aurais fait sans même me poser de questions. Si j'étais convaincu de mes idéaux, je l'aurais fait sans problème. Mais là ... j'ai Max en face de moi qui a espoir que cet enfoiré paye. Et il a une chance parmi j'en-n'ai-rien-à-foutre de payer vraiment. "Très bien. Il vivra. Mais juste parce que tu ... fait chier. Juste parce que tu le demande. Tu ne sauveras pas la vie de toutes les autres ordures que je compte tuer. Tu n'as pas changer mon mode d'opération. C'est clair ?"

Je quitte Max pour annoncer la bonne nouvelle à Monsieur tueur d'ados. Celui-ci est toujours à terre, à geindre. Je me met accroupie pour pouvoir lui parler. "Après mure réflexion, je ne te tuerais pas. Enfin si, je te tuerais seulement si tu ne vas pas en prison, ou si tu t'échappe." Je suis sûr que la menace est bien passé et qu'il sait que je compte tenir ma parole. "Tu as un ange gardien, remercie le." Rajoutai-je en lui tapotant la joue. Je récupère le couteau planté dans sa jambe et on a le droit à un petit cri de sa part. Je jette un coup d’œil autour de lui pour essayer de savoir s'il a déjà appelé les flics. Je me lève et je vais lui donner son téléphone fix, au cas où il ne l'a pas fait. "Tu sais ce qu'il te reste à faire. Si tu ne l'as pas déjà fait." Ouais, c'est à lui de le faire. Comme si le Punisher allait appeler les flics. Et c'est pas Max qui va le faire, je ne veux pas qu'il soit impliqué la-dedans. Avant de partir, j'aimerai quand même prendre le temps d'afficher les œuvres d'arts de ce malade. Pas seulement comme preuve, mais pour ne pas qu'il ait le temps de les cacher ou de les brûler, le temps que la police arrive. Il doit bien y avoir du scotch quelque part ? Là, dans ce tiroir. Je commence à en accrocher dans le salon, mais juste vraiment pour bien faire chier ce psychopathe, je compte continuer de le faire ailleurs dans sa petite demeure. Arriver dans le couloir où est Max, je lui demande : "tu veux m'aider? Après on se tire." Et j'ignore ce qu'il ferra après. Je lui ai proposé de l'aide, il en fait ce qu'il en veut. Il a sauvé la vie de quelqu'un, je l'ai écouté, il peut au moins accepter mon aide. Pour une fois que je la propose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Mar 1 Aoû - 18:10

WHAT ARE YOU FUCKING DOING HERE?!
Faire changer d’avis Frank, c’est comme… jouer dans un casino. On a des chances sur un millier de devenir millionnaire. Et on a des centaines de chances de devenir pauvre. Hé bien, avec Frank, on a une chance sur un millier de le convaincre. Et près d’un millier de chances d’échouer. Mais Max y croit dur comme fer. Faut bien, sinon il ne se ferait pas chier à rester là. Il aurait déjà levé le camp depuis looongtemps. Il serait retourné dans son appartement et il aurait sûrement foncé tout droit dans son lit. Convaincu que où qu’il aille, quoi qu’il fasse, il y aura toujours Frank pour lui tomber sur la gueule. C’est vrai, quoi ! Le mec a l’air de le suivre. Deux fois qu’ils se voient, soi-disant par hasard, en l’espace de quelques semaines. Alors que New-York est grand. New-York est vaste. On ne croise jamais une personne à deux endroits différents. A moins de le vouloir, d’espionner ou de stalker la personne sur les réseaux sociaux. Attendez, peut-être que Frank a un crush pour Max ? Après tout, il lui a proposé d’aller chez lui… Naaaaaaah impossible. Il le traite trop comme un gamin pour ça. Et faut pas déconner ! Vous imaginez les enfants de Frank et de Max ? Ils auront une taille aléatoire, des problèmes capillaires et un penchant immodéré pour les situations dangereuses. Donc, no way ! Max vivant, jamais il n'infligera ce genre de choses à ses enfants. Les pauvres, ils n’ont rien demandé !

On en était où, déjà, dans le plan ? Ah oui ! Avant-dernière étape, avant de devoir passer à l’offensive, à la violence, à l’ultime tentative. D’ailleurs, il réfléchit à la meilleure manière de procéder. "Oui, je peux le tuer alors que tu es là. Tu es assez adulte pour le supporter pas vrai ?" Okay, mais c’est quoi son problèèème ? On ne rend pas les gens complices ! Qui plus est, des gens qui n’ont rien demandé ! Ce mec a vraiment un truc qui ne tourne pas rond dans le ciboulot. Faut l’emmener voir un psy. Un professionnel qui aura, évidemment, un casier vierge. Non, mieux : quelqu’un qui n’aura jamais approché de couteau, d’arme à feu, de poison ou que sais-je encore. Quelqu’un que Frank ne pourra pas tuer, sous prétexte qu'il a rendu ce monde mauvais. Ca doit bien se trouver quelque part. "Très bien. Il vivra. Mais juste parce que tu ... fait chier. Juste parce que tu le demande. Tu ne sauveras pas la vie de toutes les autres ordures que je compte tuer. Tu n'as pas changer mon mode d'opération. C'est clair ?" YEEEEEES. Yes. Yes. Yes. Max retient sa joie (il est modeste, que voulez-vous). Mais à l’intérieur, c’est le feu d’artifice. Ses organes font péter le champagne. Ses neurones bouffent des amuse-bouches. Son sang danse la java. Bref, c’est la fiesta interne.

Et puis, Frank peut dire ce qu’il veut pour s’en convaincre, mais Max ne voit qu’une seule chose : le mercenaire a épargné un tueur. Ce qui peut vouloir dire qu’il en fera autant la prochaine fois. Ou tout le temps ? Malgré sa volonté d’assurer que rien ne changerait. Tu paaaarles. On ne la fait pas à Max. C’est le début du changement. Frank va bientôt se transformer en bisounours et on le retrouvera en retraite, quelque part en Alaska, une barbe longue de trois mètres. Il aura un élevage d'élans et il se déplacera en ours polaire. On fait le pari ? “Merci.” Il ignore pourquoi il le remercie, mais il le fait. Parce que, hey, c’est sympa de ne pas tuer quelqu’un. Sympa ou normal ? Tout dépend. Normal, venant des autres. Sympa, venant de Frank. Bon, maintenant, Max a une certaine pression. La police a intérêt à bien faire son job et surtout, les juges ont intérêt à trancher pour une peine à perpétuité. Sinon, tout cela aura été vain. Il espère sincèrement que ce ne sera pas le cas. Il va s’en assurer. Comment ? Aucune idée. Il verra bien. Et puis, tout dépendra de son emploi du temps overbooké ! Vous vous rendez pas compte, vous. Entrer dans des lieux abandonnés, taguer des murs, se jouer l’avocat du diable… tout ça, ça prend du temps. Beeauuuuucoup de temps.

Il profite que Frank retourne dans le salon pour enfin extérioriser sa satisfaction. Bon, ça reste simple. Un “Oui” articulé silencieusement, une petite danse de la joie… Bref, Max sait rester simple et sobre, même dans la victoire. Quoi ? Il aurait tout aussi bien pu aller checker le criminel et l’inviter à manger au fast food du coin. Et peut-être même organiser une fête. Mais non. "Après mure réflexion, je ne te tuerais pas. Enfin si, je te tuerais seulement si tu ne vas pas en prison, ou si tu t'échappe." Les termes du contrat sont énoncés clairement. Le tueur sait à quoi s’en tenir. Et il a intérêt à rester sage. Sinon, il aura aussi affaire à Max. Il ne compte pas le rater. "Tu as un ange gardien, remercie le." Un ange gardien ? NAAAAAH. Il est l’ange gardien d’aucun tueur. Hors de question. Il veut bien veiller sur des gamins, mais pas sur des serial killers. Plutôt crever que d’en arriver là. Il est même prêt à assurer la sécurité d’un crabe yéti. Hm ? Vous n’avez jamais entendu parler du crabe yéti ? M’enfin, où vous vivez ! C’est un crabe avec les pattes et les pinces poilues. C’est moche à souhait, croyez-moi. Heureusement que les plus riches ignorent son existence, sinon ils en feraient un manteau en fourrure !

Max se permet de revenir dans l'encadrement de la porte du salon. Il reste toujours hors de portée de l’assassin. D’ailleurs, si le gars pouvait être menotté, ligoté, scotché et collé à son canapé, ça arrangerait Max. Avec ses conneries, Frank a réussi à le rendre méfiant. Enfin, encore plus méfiant qu’habituellement. “Ouais, enfin, faut pas exagérer. J’ai pas fait ça par bonté d’âme, non plus.” L’ange gardien d’un assassin, non mais sérieux. Où est-ce qu’il est allé chercher ça, Frank ? Il a trop fumé, le gars ! Ou il a pris une balle dans la tête. Heeey, est-ce qu’il en a pris une ? On dirait que ce mec a tout connu. Ce ne serait pas étonnant qu’il ait survécu à un tir pareil. "Tu sais ce qu'il te reste à faire. Si tu ne l'as pas déjà fait." Quoi ? Ranger son appartement, dresser la table pour trois et leur cuisiner des spaghettis à la bolognaise ? Non. Sûrement appeler la police. Et le gars l’a bien compris. Il s’assoit difficilement sur son séant, en plein dans la mayo. Ah ah ah. C’était prémédité. Max a bien évidemment fait exprès de faire tomber son sandwich pile à cet endroit. Qu’est-ce que vous croyez ! Max voit l’avenir, hé ouais. Vous voulez connaître son secret ? Les jours pluvieux, il regarde sa fenêtre et à travers les gouttes de pluie, il voit ce que réserve l’avenir. Hm ? Non, c’est pas du fake du tout ! Je ne vois pas de quoi vous parlez !

Pendant que l’autre passe son appel, Frank est en train de laisser libre cours à sa créativité. Il scotche des photos, ici et là, en fonction de son inspiration et de sa volonté. Un vrai artiste ! Max est épaté par sa manière de maîtriser le scotch et l’art du collage. C’est.. beau, émouvant, prenant. “Tu veux m'aider? Après on se tire." Lui ? Aider le grand artiste qu’est Frank ? Quel honneur ! “Avec plaisir, je commence en avoir marre d’être là ! On… ne l’attache pas ? Il ne va pas s’échapper ?” Il désigne le salon de son pouce. C’est vrai, quoi. Ce n’est peut-être pas raisonnable de laisser le serial killer tout seul, s’ils s’éloignent trop. Il pourrait en profiter pour se casser. Quoique, il n’ira pas bien loin, entre la peur et la blessure à la jambe. Max finit par prendre une partie des photos. Il ne les regarde pas. Elles sont toutes plus immondes les unes que les autres. D’ailleurs, est-ce qu’il ne pourrait pas taguer un des murs ? Genre, avec le symbole du Punisher pour que la police comprenne qu’il est passé par-là et que cette arrestation, ils la lui doivent ? Ca se mariera parfaitement avec les photos, tiens. Sauf qu’il omet un détail technique : il n’a pas son matériel. C’est plutôt problématique. Il ne va quand même pas faire son dessin avec un stylo à bille. Ca va lui prendre des plombes. Tant pis. Une autre fois.

Ils se retrouvent dans la cuisine. Ils décorent les magnifiques placards. Oh tiens, si Max en foutait dans les casseroles ? Les policiers vont galérer à récupérer toutes ces preuves, dispersées n'importe où. Enfin, pardon, ils vont a-do-rer. Après tout, c’est leur métier. Et si Max peut leur rendre le quotidien plus difficile, il en profite. C’est vrai, quoi ! Il a peu de possibilités de faire chier la police. Alors, Max se fait plaisir. Il laisse parler sa créativité. Attention à toi, Frank, le petit Max est en train de devenir un véritable artiste, lui aussi ! Y a de la concurrence. “Tu sais pourquoi y a des gens qui font ça ? J’veux dire… ils doivent être carrément dérangés pour faire ce genre de trucs...” Dérangé, c’est un euphémisme. Fou, instable, sadique, inhumain… Ca conviendrait mieux. Et Max a beau réfléchir, il ne comprend pas. Quand Frank assassine quelqu’un, ce n’est pas par plaisir, mais plutôt par nécessité pour “rendre le monde meilleur”. Mais les autres… c’est comme s’ils se prenaient de passion pour le meurtre. Pourquoi ils ne peuvent pas collectionner des timbres ou faire des piles de magazines, hein ? Là, au moins, à part le facteur qui risque sa vie, y a peu de dangers pour les autres.

Max a épuisé son stock de photos, en décorant la crédence de la cuisine. Ca pourrait presque faire un motif. Un espèce de concept gore. “Affiche tes photos de meurtre dans ta cuisine et révolutionne ta déco avec SerialKillerKitchen”. Un vrai slogan de pub. Il s’appuie contre le plan de travail, les bras croisés. Il attend que Frank ait terminé sa part du taff. Il devrait se reconvertir en décorateur d’intérieur, le gars. Enfin, il serait tenté de repeindre tous les intérieurs en rouge. Rouge sang. Ce qui n’est pas forcément au goût de tout le monde. “En vrai, pourquoi tu as accepté de ne pas le tuer ?” Ouais, parce que Frank qui épargne un assassin pour ses beaux yeux, Max y croit moyen. Il n’a pas été des plus convaincants. Il en est certain. Il a encore des efforts à faire en négociation avec un mercenaire. C’est tout un boulot, qu’est-ce que vous imaginez, vous ! Alors, y a forcément autre chose. Frank avait la flemme ? Il a envie de retourner chez mémé Myrtille et de poser son cul dans un canapé bien confortable, des pantoufles aux pieds et mettre les Feux de l’amour à la télé ?



WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Ven 4 Aoû - 12:41


Est-ce que ce type va s'échapper ? Il a une blessure à la jambe donc il perd du sang et ce con n'a rien fait pour arrêter le saignement, il va s'évanouir avant l'arrivée des flics si ce n'est pas déjà le cas. Si on l'attache, les flics vont penser qu'il ne se rend pas, qu'on l'a obligé et son avocat pour l'utiliser pour se défendre. Genre, "qui nous dit que se n'est pas un coup monté contre mon client". Et avec un peu de chance, ça pourrait lui permettre de ne pas aller en prison. Les avocats sont de vrais vautour, ils prennent tout ce qu'ils peuvent prendre pour faire leur défense. "S'il s'échappe ..." Pas besoin de lui dire la suite, il est assez intelligent pour la deviner. Il me connait si bien.

Max est vraiment en train de me demander pourquoi des personnes font ce genre de truc ? Genre il pense vraiment que pour tous les barges, il y a une raison ? Bon peut-être mais qu'est-ce que j'en ai à foutre ? Peut-être pas Max. Pourquoi il veut savoir ? Curiosité peut-être. C'est encore un ... Il continue à découvrir le monde, même a son âge, alors il s'intéresse à tout je suppose. "D'après la télé, c'est souvent en fonction de ce qu'ils ont vécu. Souvent à cause d'un traumatisme. Qui s'est passé durant l'enfance. Mais honnêtement, j'en ai aucune idée. Ça se trouve, y'a pas de raison, il aime ça et c'est tout." Je lui répond honnêtement. Je ne veux pas qu'il reste sans réponse. Me demandez pas pourquoi. En fait si, vous savez pourquoi donc pas besoin de vous le dire.

Je finis à mon tour mon stock de photo et c'est que cet enfoiré avait vraiment beaucoup de photo. Pour trois meurtres seulement. Mais qui lui a prit plusieurs heures. Sept heures en réalité. Fallait bien suivre ce type pour être sûr de savoir ce qu'il faisait. Pourquoi j'ai accepté de ne pas le tuer ? Max sérieusement. "Parce que ..." Je lui dis ? Vraiment ? Il va comprendre au moins ? "Parce que tu as raison, je ne pouvais pas le tuer devant toi." Je suis pas un monstre quand même. Pas un de ces malades. "Et ... Je veux d'un côté que tu saches que la justice ... n'est pas toujours ce qu'on croit. T'es assez grand pour le savoir maintenant. Le truc qui m'embête c'est que je ne veux pas que tu sois déçus de ce monde. Parfois, certain vont en prison." Genre Fisk. Red a réussit à le mettre en prison. Et c'est là où est sa place. Le seul soucis, ce qu'il en a fait un chez soi maintenant. Et je sais de quoi je parle. "D'ailleurs, il ira peut-être pas en prison mais dans un hôpital psychiatrique. Mais je crois que c'est pire que la prison. Aller viens, on se tire."


ONE BATCH TWO BATCH
Frank Castle is dead. He died with his family. In extreme situations, the law is inadequate. In order to shame it's inadequacy, it is necessary to act outside the law. This is not vengeance. Revenge is not valid motive, it's an emotional response. No, not vengeance. Punishment. ▬ Sic vis pacem, para bellum. + The Punisher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Ven 11 Aoû - 10:35

WHAT ARE YOU FUCKING DOING HERE?!
Faudrait qu’il regarde plus souvent les Experts, Cold Case et compagnie. Histoire d’en savoir plus sur la psychologie des assassins. Ouais, il va se prendre de passion pour eux. Une passion morbide à souhait. Et après, il va perdre la boule et devenir comme eux. L’assassin des assassins. Non, en fait, en faisant cela, il sera comme Frank. Sauf que Frank fait ça pour le bien et Max, lui, dans sa folie, il le fera… pour prendre son pied #mectropchelou. En même temps, on n’a qu’à pas lui mettre le Punisher entre les pattes ! Mauvaise influence assurée. On aurait plutôt dû le faire rencontrer quelqu’un de plus stable et de plus sain d’esprit. Genre, Captain America. Lui, il a l’air d’avoir de bonnes valeurs. Bon okay, on aurait un Max rétro qui passerait son temps à jouer à Pacman et qui porterait la coupe mulet. L’horreur ! Non, en fait, il ne vaut mieux pas qu’il côtoie Captain America. Pour sa réputation et son avenir sentimental. Ouaip. Pas de Captain. Pas de mulet. Pas de pacman. Il va continuer avec Frank, hein. A côté des cheveux, l’influence du Punisher semble inoffensive. Quoi ? Vous sous-estimez les risques causés par une coupe affreuse ? Allez dire ça à toutes les personnes qui se sont retournées sur des cheveux horribles et qui se sont pris des lampadaires. Ou a toutes ces victimes d’accident de la route parce les conducteurs ont été déconcentrés, que dis-je, aveuglés par des coupes animalières !

Enfin, si Max s’intéresse à la psychologie de ces fous, c’est surtout pour essayer de comprendre. Il doit forcément exister une raison. Ils se défoulent ? Ils se sentent bien ? Ils ont un besoin viscéral ? Regardez Max, il a pour passion le graffiti. Pourquoi ? Parce qu’il peut faire passer des messages, parce qu’il s’accorde un moment à lui tout seul, parce qu’il peut s’exprimer, parce qu’il est détendu quand il en fait. Et Frank… Frank, il tue parce qu’il le faut. Il y a toujours une raison. Toujours. "D'après la télé, c'est souvent en fonction de ce qu'ils ont vécu. Souvent à cause d'un traumatisme. Qui s'est passé durant l'enfance. Mais honnêtement, j'en ai aucune idée. Ça se trouve, y'a pas de raison, il aime ça et c'est tout." Mouais. Max n’est pas satisfait par cette réponse. Il faudrait qu’il aille poser la question à leur pote serial killer qui est en train de se vider de son sang. Juste pour savoir. Ou alors, il regardera le procès. Ouais, c’est plus raisonnable. Plus sûr. Plus tout. Inutile de discuter davantage avec ce genre de personnes.

"Parce que … Parce que tu as raison, je ne pouvais pas le tuer devant toi." Il le dévisage. Frank ne voulait pas le tuer devant lui. Le mec a un coeur. Attendez, Max ne s’y attendait pas. Il est pris de court. Il en a le souffle coupé. Il va s’évanouir de surprise. Il va pleurer. Merci, mon Dieu ! Kikie a un coeur ! Donc, il n’est pas seulement bon à disputer, à hurler sur les gens et à tuer. Il peut aussi épargner et protéger les gens. C’est bon à savoir. Est-ce que vous voyez le cerveau machiavélique de Max s’activer ? Niark niark niark. Il est prêt à concevoir un plan pour empêcher Frank de perpétrer d’autres meurtres. Faut juste qu’il trouve les idées. Qu’il les mette en oeuvre. Et que ça marche. Mais ce ne sont que des détails ! "Et ... Je veux d'un côté que tu saches que la justice ... n'est pas toujours ce qu'on croit. T'es assez grand pour le savoir maintenant. Le truc qui m'embête c'est que je ne veux pas que tu sois déçus de ce monde. Parfois, certain vont en prison." Attendez, il se passe quoi, là ? Est-ce qu’ils sont dans un de ces délires père-fils ? Genre, le père qui donne une leçon de vie à son fils pendant une partie de golf ? Sauf que pour Frank et Max, il n’y a pas de lien de parenté. La balle de golfe est en fait la tête du serial killer. Et les clubs sont les armes de Frank.

C’est quoi ce délire ?! Depuis quand Frank a décidé de jouer le rôle de son père ? Avant de faire ça, on demande l’autorisation ! On lance des procédures d’adoption ou que sais-je ! Et puis, Max a un seul et unique père. Qu’il n’a jamais connu. Mais il n’a pas besoin d’en avoir un faux sur le dos. Il a réussi jusqu’à maintenant à vivre sans figure paternelle, ça ne va pas changer maintenant. Hors de question. “T’en fais pas pour ça, je suis déjà déçu.” Il marmonne sa réponse. Après tout, la vie ne l’a pas aidé. Gamin, il en attendait beaucoup d’elle. Il pensait voir son père débarquer à n’importe quel moment. Il imaginait que sa mère se relèverait et s’occuperait de lui. Il n’avait jamais cru qu’il trouverait sa mère se faire tabasser par un mec. Il espérait que la société les aiderait. Que des espoirs vains. Aujourd’hui, il a appris. Et il sait qu’il ne peut rien attendre de cette vie, sauf ce qu’il parvient à faire. Il ne peut compter que sur lui-même pour se sortir de la merde. Ce n’est pas pour rien qu’il aide les autres quand il le peut. Il faut se serrer les coudes quand ça ne va pas. Et cet assassin à côté, même s’il mérite de mourir, doit être jugé pour ce qu’il a commis. Les familles des victimes doivent pouvoir obtenir justice. Elles doivent savoir qu’il a payé et qu’il ne pourra plus jamais tuer.

Frank a terminé avec les photos. La maison a de la gueule maintenant. Enfin, plus ou moins. Si on aime la décoration gore et digne d’Halloween ou d’un film d’horreur, oui. Sinon, c’est moyen moyen. Valérie Damidot serait presque tentée de venir mettre un coup de pinceau par ici. "D'ailleurs, il ira peut-être pas en prison mais dans un hôpital psychiatrique. Mais je crois que c'est pire que la prison. Aller viens, on se tire." Prison ou hôpital psychiatrique, la donne est la même, non ? Dans les deux cas, le gars est dans la merde. Et ça convient parfaitement à Max. Même si le mettre en HP, c’est comme reconnaître que quelque chose cloche dans sa tête et donc, qu’il n’est pas totalement en cause. “On ne dit pas au revoir à notre hôte ? Une dernière mise en garde ou un truc dans le genre ?” Après tout, Max ne sait pas comment on procède dans ces moments-là. C’est sa première fois. La première fois qu’il entre dans une maison de serial killer. La première fois qu’il empêche un mercenaire de tuer un gars. La première fois qu’il “livre” un tueur à la police. Y a bien une procédure. Un truc. Non ?

Frank, c’est un peu son mentor, là-dedans. Malgré ce que avouera Max. Plutôt crevé, écrasé par une mante religieuse géante, que d’avouer qu’il se réfère totalement à Frank dans ce domaine. Le gars se prend déjà pour son père, pas la peine de lui montrer que son expérience est importante pour Max. Nah nah et nah. Il n’en dira rien. Il décolle ses fesses de la cuisine. Il récupère son sac-à-dos et il prend la direction de la salle de bains. Autant repartir par-là où ils sont arrivés. Histoire qu’ils ne croisent pas les policiers en repartant. Ce serait la cerise sur le gâteau. Il se glisse par la fenêtre, jetant ses affaires à l’extérieur, avant de passer à son tour. Un coup d’oeil aux alentours lui indique que personne ne les observe. Au loin, une sirène de police se fait entendre. Peut-être est-elle pour leur nouvel ami, le sympathique tueur de gens. Mais comme Max n’a pas tellement envie d’être associé à lui, il ne compte pas boire le café, tranquillement sur le perron, en attendant de voir la police arriver. Il se contente d’attendre que Frank sorte son cul de la fenêtre puis, de s’éloigner du la maison.

C’est le moment de se séparer. De retourner dans son appartement. D’affronter son quotidien déplorable. Il tire sur les lanières de son sac. Il n’a pas envie. Ca crève les yeux. Le studio, c’est sa prison à lui. Une prison qu’il se troue le cul à payer, en plus de ça. Le pire crétin de la planète. Il lance un regard en coin, en direction de Frank. Sa proposition résonne toujours dans sa tête. Une planque. Bon, avec un chien, mais une planque quand même. Un possible havre de paix. Ca vaut le coup de perdre une chaussette, voire un orteil, dévorée par un chien. Mais il déteste demander de l’aide. Il déteste être redevable d’un service. “Ta proposition tient toujours ? Je tiens pas spécialement à rentrer chez moi ce soir. Tu sais, c’est un de ces jours où t’as juste envie d’être tranquille. Mais si après… tout ça, t’en as assez, je comprendrais.” C’est sûrement la première fois qu’il parle autant avec Frank. Peut-être qu’il en a besoin. De parler. De se confier. Ce serait peut-être mieux s’il voyait un psychologue. D’un autre côté, il paraît que le Punisher pratique des tarifs plus avantageux que ceux d’un professionnel. Avec des résultats non-garantis, cela dit. A moins de demander à crever. Là, tout de suite, y a du monde, de l’efficacité et de la rapidité.

D’ailleurs, le mec n’attend peut-être même pas l’autorisation de Max. Si ça se trouve, il l’invite dans sa planque dans le seul but de le tuer. Malin. Très malin. Frank essaye de gagner sa confiance en lui “sauvant la peau”. Il le laisse filer quand Max vend de la drogue. Et dernière étape de son plan machiavélique : lui offrir un toit pour la nuit. Tout ça pour quoi, hein ? Le tuer dans son sommeil, sans témoin, sans besoin de nettoyer. Evidemment. Machiavélique, je vous dis. En plus, il y aura un chien pour dévorer le corps de Max. Le pied. Bworf, tant pis. Il ne va pas s’arrêter à ces quelques suppositions, n’est-ce pas ? Si il devait passer son temps à écouter les hypothèses des uns et des autres, il resterait cloitré chez lui. Pas vraiment le quotidien dont il rêve. Quitte à mourir, autant que ce soit des mains du célèbre Punisher. Plutôt qu’écrasé par le déambulateur de mémé. Plus glorieux, vous voyez. “Est-ce qu’il faut que je ramène un bouquet de fleurs ou je peux me ramener les mains vides ?” Ben quoi ? Il est bien élevé. Et il ne veut pas vexer Madame Punisher. Ou Monsieur Punisher, d'ailleurs. Enfin, peu importe la personne qui partage la vie de Frank. A moins que son seul compagnon ne soit son canidé. Dans ce cas, un os qui traîne dans la rue depuis deux mois ferait l’affaire, non ?




WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Ven 11 Aoû - 12:17


Dire au revoir à ce psychopathe ? God damn it y'a vraiment que Max pour avoir ce genre d'idée. Personnellement, je ne dis jamais au revoir, parce qu'ils meurent à la fin. Mais s'il veut lui le lui dire, qu'il le fasse. Juste, ça serait sympathiser avec lui et la menace ... ne serait peut-être plus prit au sérieux. J'aime dire une seule fois les choses. Si on m'écoute tant mieux, sinon, alors on apprendra à m'écouter. Et ce type a intérêt à m'écouter. "Tirons-nous juste d'ici.". Ouais, en plus, j'en ai assez de vois ces photos. Mon idée, je sais, mais c'est l'idée du psychopathe de prendre ce genre de photos.

Je laisse Max passer devant. Les femmes et les enfants d'abord comme on dit. Même s'il n'y a plus rien à surveiller, j'allais pas non plus passer devant. BREF ! En sortant de la maison, on entend les sirènes mais pas besoin de s'en préoccuper, on sait que c'est pour monsieur tueur d'ado et avec Max, on s’éloigne de la maison, au cas où le psychopathe balance que c'est moi qui ait mit la balle dans sa jambe et qu'ils décident de me chercher. Bon, ils penseront que c'est quelqu'un qui me copie, vu que je suis sencé être mort pour la je-ne-sais-plus-combientième de fois.

J'allais demander à Max s'il veut manger quelque chose. Vu que je l'ai dérangé en plein repas, il n'a pas pu manger du coup et je suppose donc qu'il doit avoir faim. Mais lui veut déjà rentrer apparemment. Dans l'une de mes planques la plus proche. Donc ... il commence à avoir confiance en moi. Tout comme je commence à avoir confiance en lui. Enfin, je sais qu'il va continuer à vendre de la drogue mais comme je l'ai un peu suivit depuis la dernière fois, je sais un peu comment il vit, plus ou moins et il a besoin de ce fric. Il a un petite sœur qui va encore à l'école, genre au lycée ou peut-être à la fac, lui il n'y va plus et travail comme il peut. En revanche, je n'ai jamais vu de mère, ni de père. Disons que je n'ai pas chercher à en savoir plus. Max ne va pas aimer que je sache déjà ça. Je n'ai jamais connu cette vie, mais tout comme Max, j'essayerai de tout faire pour faire vivre ma sœur et moi. Enfin, je n'ai pas de sœur, donc ça aurait été plus facile dans mon cas. Mais, ça fait quoi ? 21 ans qu'il se débrouille tout seul. N'importe qui en aurait déjà marre et accepter de l'aide. D'où le fait que je la propose. Et il ne l'a refuse pas et ça me fait plaisir. "J'allais te proposer qu'on aille bouffer un truc parce que je crève la dalle. Genre, j'sais pas, un fast food. Et comme tu n'as pas bouffé, tu dois avoir la dalle aussi. Mais si tu veux rentrer, on peut faire ça aussi. J'sais pas ce qu'on pourrait bouffer par contre." Ouais, je fais pas trop les courses, je me fais livrer mais à cette heure-ci, je ne sais plus qui livre. "Pourquoi veux-tu ramener un bouquet de fleur ?" Ce gosse parfois, je vous jure! Bref, je commence la marche en direction d'un des deux endroits que je lui ai proposé, soit un fast food, soit la plaque. Dans les deux cas, faut bouger si on ne veut pas que les flics nous choppe.


ONE BATCH TWO BATCH
Frank Castle is dead. He died with his family. In extreme situations, the law is inadequate. In order to shame it's inadequacy, it is necessary to act outside the law. This is not vengeance. Revenge is not valid motive, it's an emotional response. No, not vengeance. Punishment. ▬ Sic vis pacem, para bellum. + The Punisher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Ven 18 Aoû - 17:39

WHAT ARE YOU FUCKING DOING HERE?!
Bon allez, ça suffit, rideau ! Ils ont eu assez d’aventures pour ce soir. Il est temps d’enfiler leur pyjama licorne, de se faire une tasse de chocolat (saupoudré de guimauve) et de se glisser sous une couette bien chaude. En tout cas, c’est le cas de Max. Hé oh, ça reste un jeune adulte. Il a besoin de beaucoup dormir pour affronter le monde cruel ! Damn it ! Il a oublié son doudou chez lui. Crotte de biquette. M’enfin, Frank doit bien en avoir un à lui prêter. A quoi peut ressembler le doudou du Punisher ? Une mitraillette ? Une poche de sang de tueur ? Les photos d’identité des serials killers ? Mystère ! Un mystère qui ne durera pas très longtemps puisque Max s’apprête à mettre les pieds dans son intimité. Muhahahahahahahaha. Frank ne sait pas ce qu’il a fait, en proposant à ce morveux d’entrer dans une de ses planques. Ce n’est pas un ange qu’il accueille, mais un petit démon curieux qui va fouiner (pas très discrètement). QUOI ? Ce n’est pas tous les jours que l’on peut découvrir l’antre du Punisher. En fait, c’est même jamais. Alors, il faut en profiter. Tiens, il devrait même faire un reportage immersif. Il s’appellera “Dans la vie du Punisher, le nettoyeur des rues de NY”. Vendeur, non ? Un peu long, peut-être.

Bref, Max sonne la fin de la soirée. Il a envie de se coucher (de fouiner) et d’oublier ce qu’il vient de se passer. Surtout, il n’a pas envie de retrouver son studio et l’odeur persistante d’alcool. Cela dit, pas sûr qu’il préfère l’odeur de renfermé et de poudre de l’appartement de Frank. Mais ça, il ne peut pas le savoir avant d’y avoir mis les pieds, hein. On ne dit pas qu’on déteste avant d’avoir goûté, comme dirait grand-mère Myrtille. "J'allais te proposer qu'on aille bouffer un truc parce que je crève la dalle. Genre, j'sais pas, un fast food. Et comme tu n'as pas bouffé, tu dois avoir la dalle aussi. Mais si tu veux rentrer, on peut faire ça aussi. J'sais pas ce qu'on pourrait bouffer par contre." Le bon sens voudrait qu’il dise non. Après tout, il ne faut pas parler aux inconnus. Frank reste un inconnu. Un inconnu qui se promène avec un arsenal digne de l’U.S. Army. Un inconnu qui tue des gens. Autant dire que le mec n’a rien de très rassurant. Mais soit. Pourquoi pas ? D'un autre côté, cette proposition a tout l’air d’un rencard. Vous ne trouvez pas ? 1/ Il l’invite à dormir chez lui 2/ Il propose à Max un dîner romantique… dans un fast food. Certes. L’odeur de burger, les boissons XXL… tout ça n’a rien de très charmant en apparence. Mais pour un mercenaire, une chaîne de restauration rapide ressemble en tout point à un restaurant gastronomique !

Donc, ils vont bel et bien se lancer dans un rencard. Sympa. Génial. En plus, papa Frank s’inquiète de ses éventuelles faims. Franchement, c’est le jour de chance de Max. Il se découvre un père mercenaire de substitution qui lui sauve la peau d’un serial killer et en plus, ce même père se transforme en rencard. Putain. Quelle soirée chargée ! Son sandwich thon-mayo lui semble soudain bien loin. Bon, techniquement, le machin est dans son dos, bien au chaud dans son sac. Sauf qu’il est tombé par terre. A choisir entre un hamburger bien chaud et dégoulinant de gras et un sandwich qui est probablement tombé là où il y a eu du sang de victime, il choisit la première solution ! Miam miam. Et puis, cette expérience a quelque chose de très intéressant anthropologiquement parlant. Ben oui ! Max va pouvoir se renseigner sur la manière de manger du Punisher. Bim, du contenu en plus pour son reportage ! Hé hé, vous croyez quoi, vous ? Il pense à tout, le petit Max ! “Un burger ? Pourquoi pas… enfin, personne ne va se prendre de couteau dans la cuisse ou ne va mourir ?” Ouais non, parce qu’il déteste l’idée de manger un burger plein de sang, vous voyez. Et puis, il n’aime pas quand on vient le perturber dans une dégustation pareille. Ca gâche le goût du pain. Ce n’est pas cool du tout. Le moment du burger est un moment précieux pour tous les pratiquants. Hm ? Je ne vous avais pas dit ? Il est hamburgiste (et pas garagiste). C’est-à-dire qu’il prie, mange et respire burger. Ne pas manger ce plat une fois dans la semaine est l’équivalent du pêcher. Si si, je vous jure ! Et quand les hamburgistes pêchent, on ne rigole pas sur la sanction ! Ils doivent s’avaler trois kilos de salade en une heure. L’horreur ! Même chose si ils osent manger un burger au poisson. NO WAY. Ne vous approchez pas avec vos fishburgers, mécréants !

Attendez… depuis combien de temps est-ce que Max n’a pas mangé d’hamburger… ? NON ! Ca fait six jours et vingt-trois heures. Il faut faire vite ! C’est urgeeeeent. Question de vie ou de mort ! “Y a un Five Guys à quelques centaines de mètres, ça te va ?” Ah oui, parce que Max fait bien les choses ! Okay, il y a la pression de la religion, mais il n’impose pas le lieu du rencard. Naaah, il est bien élevé, le gars. Il soigne le cadre de son rendez-vous, faudrait pas que Frank se sente contraint d’y manger, seulement pour lui faire plaisir. Max est prêt à se sacrifier si le fast food ne convient pas. Hé ouais, il est comme ça, lui. Il a le sens du sacrifice. Bon, cela dit, il n’attend pas sa réponse (ils auront le temps de faire demi-tour, au besoin). Il a surtout envie de s’éloigner le plus possible de la maison du serial killer, de la police et du Queens. "Pourquoi veux-tu ramener un bouquet de fleur ?" Max lève un sourcil. Okaaaay, noter dans un coin de sa tête : ne pas faire de blague à un mercenaire/tueur en série/complètement fou, il ne comprendra pas. Merde ! Faut que le mec qui lui propose un date n’ait pas d’humour. Max tombe toujours sur des gens chelous, de toute manière. Il doit les attirer. Est-ce qu’il a un truc sur le visage qui les incite à l’approcher ? Un panneau ? Une étiquette ? Quelque chose ?

Il a quand même un sourire, le petit Max. Parce qu’il est moqueur, un peu, aussi. Même si ce n’est pas bien. Hey, ne le jugez pas ! Il le sait qu’on ne doit pas se moquer des gens. Surtout des mercenaires qui ont sûrement arrêté d’avoir une vie normale depuis… depuis toujours, en fait. Frank ne doit même plus se souvenir de ce qu’on fait quand on est invité chez quelqu’un. Car, avouons-le, il doit rarement prendre part aux repas dominicaux avec la belle-famille et ses trois labradors. A bien y regarder, Max non plus, ne participe pas à ces repas. Enfin, si, parfois. Les parents de ses amis l’invitent. Il essaye toujours de venir avec un truc. Une bouteille de vin. Des chocolats. Des fleurs. Un cadeau, quoi ! “J’sais pas, c’est le genre de choses que font les gens normaux quand on les invite. Pour décorer la maison, tout ça.” Certes, offrir des fleurs est un peu (beaucoup) sexiste. On les offre toujours à la femme. Comme s’il elle était la seule capable de garder en vie un bouquet, la seule qui puisse entretenir la maison. Alors que bon, hein, faut être con pour croire qu’il n’y a que le sexe féminin qui en soit capable. A moins d’être manchot et unijambiste. Là, d’accord, l’homme ne peut rien faire. Mais c’est la seule excuse qui tienne. Avec celle de partir en quête de la deuxième chaussette. Si, vous savez, celle qui disparaît toujours dans la machine. R.I.P. petite chaussette, nous ne t’oublions pas.

Bref, voilà les deux bonshommes qui avancent dans la même direction. Un seul objectif : se remplir la panse. Un bon programme, me direz-vous et vous n’aurez pas tort. Mais il y a un truc qui tracasse Max. De la plus haute importance. “Que ce soit clair, je ne demande pas la charité. J’aurais quitté l’appart demain aux aurores. Je ne vais pas déranger plus longtemps.” C’est important. Il déteste demander de l’aide. Encore plus accepter une main spontanément tendue. Il a son orgueil. Il a besoin de prouver et de se prouver qu’il peut se démerder tout seul. Alors, même s’il accepte de pioncer chez Frank le temps d’une nuit, il ne compte pas s’éterniser. Il ne restera pas pour prendre le petit-déjeuner, ni pour le déjeuner, ni pour le brunch, ni pour le goûter, ni pour le dîner. Que dalle. Limite il s’enfuira par la fenêtre, ni vu ni connu. Surtout, Frank ne doit pas croire qu’il a obtenu une victoire. Max accepte son aide ce soir, mais il ne le fera pas une seconde fois. Être le boulet de quelqu’un d’autre, très peu pour lui. Il aime son indépendance, aussi. Et ça, ça n’a pas de prix.

Maintenant, ils peuvent voir l’enseigne lumineuse. Il n’y a presque personne à l’intérieur. Les gens (ceux qui ont une vue normale et rangée, j’entends) sont déjà rentrés chez eux. Il n’y a que des âmes errantes dans le coin. Du genre à manger des frites, en attendant que le temps passe. La commande passée et la bonne bouffe récupérée, ils peuvent enfin s’installer à une table. Le temps pour Max de se rendre compte de la situation surréaliste : il mange avec un mercenaire. Un mec qui était prêt, trente minutes plus tôt, à tuer quelqu’un d’autre, dans un fast food. Fou, non ? Il attrape son burger de ses deux mains. Moment de grâce qui nécessite une minute de silence. S’il vous plaît, tout le monde se tait ! Même toi, le gamin qui braille et fait chier ses parents ! Hm, bref, Max regarde Frank par-dessus le pain. Il a envie d’en savoir plus sur lui.

Evidemment, il a entendu parler du Punisher. A travers les journaux et les reportages à la télévision. Mais tous ces journalistes n’ont sûrement pas pris le risque de s’approcher de Frank pour le questionner. Et Frank est une diva (on le sait tous qu’il porte un peignoir rose et des chaussons froufrous chez lui). Il n’aurait sûrement pas donné d’interview à n’importe qui. Du coup, tout ce qu’a pu lire Max n’est qu’une partie de l’histoire, un minuscule bout de la surface de l’iceberg. Il y a sûrement beaucoup de choses fascinantes à savoir sur cet homme. Par exemple, combien de paires de chaussures il a ou quel dentifrice il utilise. Vous ne pensez pas ? “Tu as tué combien de personnes ?” Frank doit bien avoir un tableau de chasse ou un album photo, non ? On ne tue pas les gens sans avoir un moment un regret, sans compter le nombre de têtes abattues, sans se rappeler de chaque visage. A moins d’être complètement fou. Alors, Frank, es-tu complètement cinglé ? Fais gaffe, si c'est le cas, Max a du coca-cola qu’il est prêt à te balancer à la gueule, avant de s’enfuir en courant par la fenêtre des toilettes !




WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 64 Points : 164 Célébrité : Jon Bernthal Double-compte : Hank Mccoy
Crédit : avatar : SWAN / signature : Bat'phamie Combat avec nous depuis : 12/07/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Lun 21 Aoû - 19:50


Je me met à sourire lorsqu'il demande si quelqu'un ne va pas se prendre un couteau dans la cuisse. J'aimerais lui faire une blague, lui qui en fait si souvent. Voir la tête qu'il peut faire si j'annonce ce genre de truc. Je me demande s'il va devenir blanc ou s'enfuir. Mais en soi, je sais que je tue, beaucoup de gens, que je suis impulsif, mais de la à dire que la serveuse va mourir, non quand même pas. En vrai, même s'il y a un gang qui mange ici, je ne m'occuperais pas d'eux. Y'a des gens, ils mangent, ça serait dommage qu'il y ait du sang partout. Puis, il peut y avoir des enfants, j'ai pas envie de les choquer. Non, non, je fais ça dans l'ombre, caché dans la nuit. "Et bien, si quelqu'un renverse son cola sur moi, il se pourrait que ça arrive oui." Dis-je les plus sérieusement possible. Je sais faire des blagues vous croyez quoi ? Faut bien divertir les gosses! "Je rigole. Il ne se passera rien. A part si on veut me tuer, mais je me ferrais discret, aussi discret qu'un Punisher peut être." Rajoutai-je avec le sourire. Putain, j'ai pas été aussi drôle depuis ... ouais, je l'étais avec mon fils, le bon vieux temps. "Allons y, je te suis."

Et y'a cette histoire de bouquet de fleur. Généralement, on en ramène quand il y a un dîner de famille. Fin ma femme n'avait qu'un frère et pas de fleur quand il nous inviter (il ne sait pas les garder longtemps) et je suis fils unique alors les dîner de famille ne se faisait que dans la famille de ma défunte femme. Ah si ! Le bouquet de fleur pour la belle-maman. Elle me disait souvent que je n'étais pas obligé mais j'y tenais et surtout ma femme ne voulait pas qu'on vienne les mains vides. Enfin bref. Nous n'allons pas chez ma belle-mère après le burger, on va chez moi. Et je ne veux pas de fleur, il devrait le savoir. A moins qu'il pense que c'est pour l'offrir à quelqu'un d'autre. A mon beau-frère ? Faudra que je lui dise qu'il n'est pas fleur, tout comme moi. A ma défunte femme ? Il n'est pas au courant que ma famille est morte ? Ça a fait la une pourtant. "Je n'ai pas besoin de fleur, crois-moi." Dis-je d'un ton sombre.

Il ne demande pas la charité, reçut cinq sur cinq. Je veux juste l'aider. Pas parce que je crois qu'il ne peut pas s'en sortir seul, au contraire, il m'a prouvé qu'il pouvait le faire et c'est ce qu'il fait depuis des années, mais tout soldat a besoin de repos et c'est ce que je lui propose, de se reposer, qu'il oublie sa chienne de vie le temps d'une nuit. "Tu ne dérangeras pas, sache-le. Mais je comprend, tu as de la fierté, tu veux pouvoir t'en sortir tout seul. Juste ... il est possible que tu craque ok ? Tu n'es pas parfait et t'es encore moins un robot ! C'est humain de ne plus pouvoir supporter certaines choses. Excuse-moi mais je trouve que tu as une vie de merde et n'importe qui l'aurait déjà laissé tombé mais pas toi. T'es un combattant, ça se voit ! Mais tu as tes faiblesses comme chaque soldat et chaque soldat a besoin de repos. Tout ce que je te propose, c'est de te reposer. Après tout, je n'ai pas encore le pouvoir de changer ta vie et je suis sûr que même-si je l'avais et te le proposerais, tu le refuserais. Par fierté!" Ouais la fierté, je connais ça. Ça a coûté plus d'une fois ma carrière maintenant, ça me coûte la vie.

Après ce long discours, on voit enfin le resto. Je parcours la salle du regard et il n'y a personne que je puisse soupçonner qui veuille me tuer. Il n'y aura plus de sang pour ce soir, désolé les gars ! On prend donc notre commande tranquillement, même si je vois dans les yeux de la caissière qu'elle m'a reconnu, que voulez-vous, je suis connu. J'ai pas pensé à prendre des lunettes de soleil, désolé, j'y penserais lorsque je compte recroiser Max par hasard. Mais la caissière n'a pas peur, peut-être parce qu'elle ne voit pas l'arme à ma ceinture. Après avoir eu notre commende, on s'installe et je mange mes frittes. Ce truc, une fois froides, c'est dégueux. Ensuite, une gorgé de coca parce que putain ce que j'avais soif et enfin je tape dans le burger. Putain ce que ça fait du bien de bouffer! Puis il me pose LA question. Putain Max t'abuse ! On passait un bon moment, et faut qu'il parle de ça. "Ça compte la guerre?" Je me demande si ça aussi il l'ignore, que j'ai fais la guerre, d'où cette facilité à tuer sans remord. Et à ne pas tuer n'importe qui. Je crois qu'il sait très peu de moi et je sens qu'il est curieux donc j'aurai le droit à une série de questions digne de ce que Karen Page peut produire.


ONE BATCH TWO BATCH
Frank Castle is dead. He died with his family. In extreme situations, the law is inadequate. In order to shame it's inadequacy, it is necessary to act outside the law. This is not vengeance. Revenge is not valid motive, it's an emotional response. No, not vengeance. Punishment. ▬ Sic vis pacem, para bellum. + The Punisher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t200-one-batch-two-batc



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax] Mer 23 Aoû - 16:46

WHAT ARE YOU FUCKING DOING HERE?!

Il n’a pas pour habitude de garder ce qu’il pense pour lui. Généralement, il dit même tout haut ce qu’il ne devrait pas. Ce qui lui a donné le droit (ou l’obligation ?) de participer à quelques bagarres. Que dis-je, à être le principal protagoniste ! Quel honneur, quelle chance, quel bonheur ! Des bagarres rien que pour lui. Des hématomes juste pour lui. Ouiiiii. Non, en fait, ce n’était pas très drôle. Cela dit, seule chose réconfortante, ce sont les histoires les plus drôles qu’il puisse raconter. On se réconforte comme on peut, hein. Tout ça pour dire qu’il est franc. Jusqu’à dire qu’il ne compte pas s’éterniser chez Frank et encore moins profiter de sa main tendue. Il le dit sans même le regarder. 1/ Frank est deux fois plus grand que lui. Il se taperait un torticolis pendant trois jours, à force de le regarder. 2/ Max tient à ne pas finir avec une merde collée à la semelle ou le nez cassé, en tombant bêtement. Quoique, Frank aurait sûrement le réflexe de le rattraper par la capuche. Ce mec est capable de tout. Même de ça. 3/ Il ne tient pas à regarder Frank dans les yeux. Parce que peut-être, je dis bien peut-être, qu’il pourrait se laisser tenter par l’idée de rester plus longtemps. Et il ne peut pas. Rester plus longtemps, ce serait faire confiance à un homme adulte. Alors, que les hommes ont longtemps montré qu’ils n’étaient pas dignes de confiance. Celui qui a abandonné sa mère enceinte, celui qui a abusé de sa mère et l’a mise enceinte de sa soeur, ceux qui l’ont frappé, ceux qui ne les ont jamais aidé… Ce n’est pas aujourd’hui que Max va arrêter de se méfier. Rares sont ceux qui parviennent à endormir sa méfiance.

Pour l’instant, Frank ne fait pas partie d’eux. Il est simplement le gars relou qui l’empêche de faire ce qu’il veut. Pourtant, Max pourrait rester chez lui. Pourquoi ? Faut vraiment être maso. Ce n’est pas le moment d’être sensible, Max ! Faut garder tes espoirs bien enfermés dans un coffre, enterré à trois kilomètres de profondeur, okay ?! Pas le droit de le considérer comme un père de substitution. Pas le droit de poser un regard admiratif sur lui (qui pourrait admirer un tueur, franchement ?). Pas le droit de craquer. "Tu ne dérangeras pas, sache-le. Mais je comprend, tu as de la fierté, tu veux pouvoir t'en sortir tout seul. Juste ... il est possible que tu craque ok ? Tu n'es pas parfait et t'es encore moins un robot ! C'est humain de ne plus pouvoir supporter certaines choses. Excuse-moi mais je trouve que tu as une vie de merde et n'importe qui l'aurait déjà laissé tombé mais pas toi. T'es un combattant, ça se voit ! Mais tu as tes faiblesses comme chaque soldat et chaque soldat a besoin de repos. Tout ce que je te propose, c'est de te reposer. Après tout, je n'ai pas encore le pouvoir de changer ta vie et je suis sûr que même-si je l'avais et te le proposerais, tu le refuserais. Par fierté!" Okay, c’est bon. Max, tu peux regarder. T’en as besoin, là, tout de suite. Pour t’assurer que tu ne parles pas à un espèce de G.I. Joe chelou qui a vécu des siècles auparavant.

Un soldat. Putain, mais quelle connerie ! Il en a d’autres, des comme ça ? Non parce que, c’est de plus en plus drôle. Est-ce que Frank a bien regardé Max ? Un peu plus que cinq secondes, je veux dire ? Le gars a vingt-et-un ans et ne porte pas de casque sur la tête. Il ne porte pas non plus de treillis. Il est un être humain normal. Un merdeux de mes deux (la rime, c’est cadeau). Un incapable pas fichu de finir ses études ni de garder un boulot plus de quelques semaines. Il ne se bat contre rien. Si ce n’est la pauvreté. Génial. Super. Un ennemi invisible, donc. Un ennemi qu’il ne combat pas avec des balles ou des bombes. Il le combat avec sa détermination. Frank se trompe : il n’a pas le droit de flancher. Il n’a pas le droit de repos ou de faiblesse. Il a juste le droit d’améliorer sa vie pourrie. Seulement après, il pourra s’offrir quelques heures de répit. Parce qu’il tient à sa vie (et que bon, il a un coeur, il ne veut pas blesser le pauvre Kikie d’amour), il se contente d’un “Un soldat, mouais...” C’est tout pour Max. Sa manière d’exprimer poliment et gentiment sa perplexité. Et un peu de jugement. Il est persuadé d’une chose : Frank a de la merde dans les yeux pour voir un combattant en Max. De la merde bien opaque et épaisse. Va falloir s’enlever les crottes des yeux. Et de toute urgence. Heureusement qu'il y a les burgers pour faire diversion. Où que vous alliez sur cette planète, il y aura toujours de la nourriture pour faire diversion. Croyez-moi !

La première bouchée. La meilleure. Les saveurs explosent sur les papilles. Le ventre se contracte. Les épaules s’affaissent de plaisir. La première bouchée est toujours la meilleure. Il n’y a pas de doute à cela. Surtout quand on a faim. Encore plus quand on a faim. C’est une étude menée par un certain Max Powell qui le démontre. Etude 100% fiable, vous vous en doutez bien. Il a étudié le comportement d’un individu pendant vingt ans. Si si, je vous jure. Les résultats sont sans appel : il n’y a pas mieux que la première fois. C’est tout. Pas besoin d’argumenter. Il en oublierait presque qu’il est en compagnie de Frank Castle. Le non moins célèbre Punisher. L’effroyable mercenaire. Le nettoyeur des rues. Le gars qui fait pisser dans leur froc tous les tueurs. Celui-là même. Et Max, lui, il mange pépouze avec lui. Il partage un moment convivial. En tout cas, ce qui semble être convivial. On ne sait jamais. Peut-être que ce ne sont que des apparences. Peut-être que Frank va sauter par-dessus la table pour tuer Max. Après tout, il l’a dit lui-même : en cas d’accident (grave) de coca, Punisher sévit. Est-ce que Max serait tenté de le mettre à l’épreuve ? Absolument. Comme un gamin, on lui dit ne pas le faire, il le fait. Simple logique illogique. Est-ce qu’il va vraiment le faire ? Non. Frank le prend déjà pour un enfant (et à raison), ce n’est pas pour se comporter comme tel.

Naaaah, avec Frank, il veut avoir l’air d’un adulte. Un adulte responsable et indépendant et autonome et sérieux et débrouillard et… Bordel, on s’en fout de ce qu’il se pense, ce Frank ! Il n’est personne. Juste un gars qui la surprit en train de vendre de la drogue. Pourquoi se démener pour avoir l’air un minimum adulte, hein ? De toute manière, il y a combien de chances pour qu’ils se croisent une troisième fois ? Zéro, voilà la réponse ! A moins que le mec ne le surveille. Alors là, il ne sera pas question de chance, mais plutôt de psychopathe et d’effroi. Mais on aura le temps de voir cela plus tard. Pour l’heure, parlons burger. Parlons viande. Ou plutôt, meurtre. Ouais, c‘est cool les meurtres. C'est un peu comme la viande, après tout. Ben quoi ? 1/ Les vaches sont tuées pour finir en sandwich entre deux morceaux de pains et de la tomate. Quelle vie de merde. 2/ Vous n’avez jamais regardé Sweeney Todd ? Le mec tue ses clients pour les foutre dans ses tartes. Et il les vend. Sinon, ce n’est pas drôle. BEURK. Vous pouvez être sûrs qu’aucune tarte à la viande ne franchira jamais les lèvres de Max. JA-MAIS.

Bref, on en était où ? Oui, combien de personnes est-ce que Frank a tué. Cette question intéresse le monde entier ! En cherchant un peu, on pourrait tomber sur des forums de fans qui théoriserent à longueur de journée sur le nombre de meurtres perpétrés par le Punisher. "Ça compte la guerre?" Bworf, tout dépend de ce qu’il faisait à l’armée. Si il était le gars qui récurait les WC à longueur de journée et qu’un jour, par colère, il a assassiné un collègue avec la brosse des chiottes, oui, ça compte. Mais si il était payé à tuer, à défendre un territoire, à protéger des civils et qu’il a été contraint d’ouvrir le feu sur des gens, non, ça ne compte pas. Quoique. Après tout, travail ne dit pas tranquillité d’esprit. Si ça se trouve, Frank a regretté toutes ces morts. Qui sait ? Alors, qu’est-ce qui compte ? Les remords, les gens tués dans leur globalité, ceux tués après l’armée ? Bordel, il n’en sait rien, le petit Max ! Il posait juste la question. Par curiosité et parce que la planète entière se pose la question. Et le voilà à deux doigts de lancer un débat philosophique sur le concept de tuer, de meurtre et compagnie. Il n’a pas arrêté l’école pour se retrouver dans un fast food, à philosopher avec lui-même ! Non, non et non. Et ça va lui gâcher le goût du burger.

D’ailleurs, il le repose dans son emballage. Avec soin. Parce que tu vois, Kikie, Max, il est soigneux. C’est un adulte qui prend soin de ses affaires (on omettra le sandwich thon-mayo qui a fini par terre tout à l’heure. De toute manière, c’était de la faute de Frank !). Il s’essuie les mains sur une serviette en papier. Il s’empare de son gobelet de coca. Un immeeeeense gobelet. Parce qu’il n’y a rien de meilleur. Sauf peut-être les boissons glacées qui vous givre le cerveau. Vous croyez que c’est ce qu’a ressenti Captain America quand il a fini congelé dans l’eau ? QUOI ? Je ne fais que demander ! “Je ne sais pas… ça compte ? Je veux dire, quand on tue, mais que c’est pour le besoin d’une guerre, c’est sûrement différent que de tuer des assassins, non ?” Il hausse les épaules. Il n’a jamais rejoint d’armée. En fait, il n’a même jamais songé à porter une arme et à tirer sur quelqu’un. Déjà, lorsqu’il a dû porter sa petite soeur pour la première fois, il a cru qu’il allait s’évanouir. BIen trop de responsabilités pour un si petit être ! Et vous savez quoi ? Sa soeur n’est pas une arme à feu, prête à tirer à la moindre erreur. Un revolver, c’est deux fois plus de risques. Deux fois plus de responsabilités. Deux fois plus de tout.

Rectification : sa soeur est aussi dangereuse qu’une arme. Enfin, elle l'était. Quand elle était bébé. Elle laissait des trucs affreux dans ses couches ! Et elle était capable de postillonner des petits pots partout, transformant tout le studio en scène de crime. Un monstre ! Heureusement, aujourd’hui, elle ne postillonne plus et elle ne porte plus de couche. Le monde est sauf ! C’est sur ces magnifiques souvenirs que Max mord de nouveau dans son burger. Il avait (a encore) faim. Frank a vu juste. Un vrai génie. Ou un mec normal. Ou un médium. Mon dieu ! Kikie est un médium ! On aura tout vu. “Tout à l’heure, tu me disais que les soldats craquaient et que c’était normal… est-ce que ça t’est déjà arrivé ? Tu as une vie solitaire, tu passes ton temps à courir après des assassins, tu as sûrement vu des trucs atroces… Tu n'as jamais voulu tout arrêter ?” Est-ce que Max a l’intention de tout savoir de Frank, dans les moindres détails ? Tout à fait. Est-ce qu’il va le faire chier jusqu’à obtenir des réponses concluantes ? Absolument. Est-ce que Frank va regretter de lui avoir sauvé les miches d’un tueur en série ? Max y compte bien.




WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the


Contenu sponsorisé

- -


Fiche de compétence


Message(#) Sujet: Re: What are you fucking doing here ?! [Frax]

Revenir en haut Aller en bas
 
What are you fucking doing here ?! [Frax]


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: