AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur le forum ♥️
Bienvenue sur EOD N'hésitez pas à regarder les pv ou scénarios !

Nous rappelons qu'un personnage marvel apporte +15pts et un scénario +10pts !
Aidez le forum à se promouvoir !
En faisant remonter notre publicité sur bazzart et prd !

 

 
Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max





- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence

Messages : 62 Points : 98 Célébrité : Danielle Campbell Combat avec nous depuis : 18/06/2017

Message(#) Sujet: Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max Ven 14 Juil - 15:39

Don't Worry , Now You Are Here

Auparavant, elle avait aimé de voir les illuminations, de sentir la brise légère sur son visage. Auparavant, elle avait aimé ce quartier qui se trouvait non loin de chez elle. Un quartier où toutes les cultures se mélangeaient. Où les illuminations des théâtres attiraient les regards curieux des touristes ou des personnes résidentes ici. Elle adorait ce quartier où les fêtards se mêlaient aux personnes qui souhaitaient se cultiver avec les pièces qui jonchaient le Queen's. Cela faisait longtemps, qu'elle n'était pas allée. La douleur était plus forte que l'envie de sortir et de se cultiver. Cependant, cet homme avait raison. Ce Hank. Elle devait apprendre à se contrôler, à faire fi de la douleur. Elle n'arrivait pas, mais elle devait se forcer. Pas pour Hank, mais pour elle. Elle devait se prouver à elle-même qu'elle était capable de sortir toute seule à maximum de temps. Mia avait choisi le Queen's parce qu'elle avait aimé ce quartier qui ne manquait pas de chaleur.  Parce qu'il y avait beaucoup d'électromagnétisme mais moins qu'à Manhattan. Elle avait mis du temps à poser un pied dehors toute seule, sans que sa mère soit derrière son dos à la forcer pour y aller. La brise qui était venue fouetter son visage n'avait rien d'apaisant comme autrefois, celle-ci avait été chargée en électricité. Dès que Mia avait senti cet air, une douleur vive s'insinua dans ses bras, ses veines lui brûlaient. Une douleur étrange qu'elle n'arrivait pas à qualifier, à comprendre. Elle ne savait pas d'où elle venait. Cet air qui lui comprimait la poitrine et ses bras endoloris par son entêtement, elle avait l'impression d'avoir la nausée, la tête dans un étau. Une désagréable sensation qui lui prenait. Une énorme fatigue la prenait souvent quand elle s'exposait un peu trop à de l'électromagnétisme. Le métro l'avait rendue malade. Ses jambes étaient engourdies par la douleur. Elle avait mal dans les bras. En sortant du métro, ses jambes la faisaient tituber d'avantage qu'autres choses. Mia ne se sentait pas bien , et ce malaise se renforça quand elle arriva dans le Queen's.

Heureusement que c'était la journée, et que les illuminations n'étaient pas allumés. Cependant, le quartier était comme Manhattan, toujours en pleine ferveur. Des passants retournant au travail, prenant leur poste ou d'autres personnes traînant avec leurs amis, riant à gorge déployée. Combien de temps n'avait-elle pas fait ça ? Juste sortir avec ses amis et s'amuser avec autant d'insouciance. Non, ce qu'elle avait vécu, restera à jamais, graver dans sa mémoire. Mia était en colère contre ces gens. Elle n'avait jamais voulu de ce pouvoir ou que son gêne X soit activé. Ou qu'importe le mot que les gens sortaient. Marchant dans les rues, rasant les murs ainsi, Mia regardait le monde autour d'elle. Ses doigts la picotant. Elle n'oserait jamais toucher personne avec ses doigts qui picotaient. Elle allait électrocuter quelqu'un avec ses doigts. Ils étaient remplis d'électricité à cause de toutes ces personnes, de l'endroit en lui-même. Elle avait l'impression que son corps tout entier était parcouru de vibrations étrange. Vêtu d'une veste en cuir camel, d'un débardeur noir, d'un jean bleu délavé et des bottes, Mia avait tout l'air d'être une adolescente normale bien que timide. Ce qui était tout le contraire, auparavant, elle était une fille qui aimait bavarder de tout et de rien, de faire des rencontres. Sa tête tournait, et Mia décida de rester dans une ruelle éloignée de la populace. Elle s'agenouillait , mettant sa tête dans ses mains, perdant la notion du temps pour tenter de se calmer tout en se posant des questions. Pourquoi les hommes étaient aussi attachés à l'électricité ? Pourquoi provoquait-elle une douleur à elle ? Elle n'en savait rien mais elle avait décidé que cela était assez pour aujourd'hui. Se levant en ne sachant combien de temps, elle était restée ainsi. Elle marchait tout en rasant les murs , regardant devant elle où elle allait pour retourner au métro. Soudain, elle vit au loin, une touffe brune et une silhouette qu'elle reconnaîtrait entre mille. Max. Son ami d'enfance. Elle voulait aller le voir et pourtant la douleur dans ses bras la faisait hésiter. Cependant, elle voulait le voir, lui parler. Il le méritait. S'avançant tout doucement vers lui, faisant allumer les alarmes sur les voitures qui se trouvaient à côté d'elle, Mia se tenait le bras gauche celui qui la faisait le plus souffrir. Elle voulait lui tapoter le bras mais ses doigts chargés d'électricité l'empêchaient de le faire. Mia ne voulait pas que son ami meurt d'une crise cardiaque à cause d'elle. Une seule option s'offrait à elle, lui parler directement.

-Max, murmura-t-elle tout près de lui et d'une manière très audible malgré le chuchotement.

Elle était heureuse le revoir, malgré la douleur qui persistait dans tout son corps et la fatigue qu'elle éprouvait. Il était là et elle voulait s'assurer qu'il allait bien et qu'il ne lui en voulait pas.






Are you insane like me? Been in pain like me?And all the people say. "You can't wake up, this is not a dream. You're part of a machine, you are not a human being. With your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline". I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone. Well, my heart is gold and my hands are cold
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max Dim 16 Juil - 8:02

Don't Worry, Now You Are Here


Il commence à faire chaud dans les rues de New-York. Il s’est même autorisé le luxe de sortir ses bras tout blancs. Hé ouais, faut bien mériter sa réputation de blanc-bec. Et pour ça, Max se couvre de cinq centimètres de crème solaire toutes les deux heures (message de prévention, toi-même tu sais), d’un sweat et d’une veste en jean toute l'année. A l'exception d'aujourd'hui. C’est qu’il kiffe avoir l’air translucide et de devenir rouge écrevisse dès qu'il montre un bout de sa peau. C’est comme un super pouvoir, vous voyez ? Non ? Bon ben, moi non plus, de toute manière. Bref, aujourd’hui, c’est la folie. Il sort les bras. Et surtout, il va faire exploser le compte bancaire. Il va aller faire des courses du côté du Queens. C’est dans ce quartier qu’ils vendent les meilleures glaces de New-York. Enfin, il paraît. D’après sa frangine. Pour lui, une glace est une glace. Tant qu’elle est à la vanille et au chocolat, il ne demande rien d’autre. Mais pour sa soeur, une glace est un moment d’extase gustative. Elle déguste chaque bouchée pendant trois heures. Autant dire qu’à la fin, c’est une soupe froide qu’elle boit. Aucun intérêt, on est d’accord. Pourtant, Max est bien décidé à lui offrir sa soupe au cookie et à la menthe. Parce que c’est le frère parfait, avouez-le. Et aussi parce qu’il a travaillé d’arrache-pied. Soixante heures de travail cette semaine. Il n’a presque pas dormi. Livreur de journaux le matin. Ouvrier sur les chantiers la journée. Homme de ménage le soir. Tout ça pour dépenser son salaire dans un pot de glace, je saiiis. C’est de l’argent mal dépensé. Cela dit, rien ne vaut un petit plaisir de temps en temps, non ?

Alors, il y va. Il sait surtout que sa soeur va être heureuse. Elle va avoir un de ses sourires dont elle a le secret. Celui qui remonte jusqu’à ses oreilles. Elle va retrouver cette lueur de joie dans son regard. Une vraie gamine. Rien que pour ça, il a envie de traverser New-York pour cette foutue glace. Il fait une folie. Il prend deux pots. Tant qu’à faire, autant qu’ils s’enfilent chacun leur parfum préféré. Ils seront malades pendant trois jours, mais tant pis. Ils n’ont qu’une vie, alors fuck. C’te gros rebelle de la life. Y en a qui braquent des banques. Lui, il mange des glaces. Ils n’évoluent clairement pas dans la même cour. Il sort de la boutique avec son sac en papier. Son butin glacé à l’intérieur. Allez, let’s go. Faut qu’il rentre rapidement pour remettre tout ça au frais. Il presse le pas. Il dépasse Mémé (sans la faire tomber dans les orties, hahahaha #pasdrôle), il contourne les gamins qui devraient aller à l’école (venant de tonton Max qui a séché la moitié de sa vie scolaire, c’est mal venu), il dépasse un chien errant. Bref, il semble voler au-dessus du trottoir tellement il va vite. Non, en fait, il court, il vole, il sauuute. Ce qui ne dure pas. Il ralentit vite le pas, interpellé par ce qu’il se passe autour de lui. Il pensait que le Queens était plus calme que le Bronx. Hé bien, finalement, non.  

M’enfin, quel bordel, dans cette rue ! Il se passe quoi, au juste ? Il marque un temps d’arrêt pour admirer les voitures qui s’animent toutes seules. Les unes après les autres, elles se mettent à hurler. Les alarmes se déclenchent et résonnent dans toute la ville. C’est un fantôme ou quoi ? Non pas qu’il croit en l’existence des fantômes. QUOIQUE. Une fois, il a vu une porte claquer toute seule et il n’y avait pas de courant d’air ou quoi. Juste, elle s’est refermée comme une grande. Et on ne peut pas dire qu’il soit assez rapide pour créer du vent. Alors, qu’est-ce que vous en dites, hein ? Dans tous les cas, y a un truc qui ne tourne pas rond dans le Queens. Il savait qu’il aurait dû rester dans le Bronx. Là-bas, au moins, y a pas de fantôme. Il est même plutôt tranquille. Il y a juste des gens super-puissants, mais qui ne déclenchent pas des alarmes. Il fronce les sourcils. Ca commence à devenir assourdissant, gênant, usant. Il ne va pas rester là, à regarder les gens s’affoler et se ruer sur leur voiture. Il a clairement autre chose à faire. Genre, ramener les pots de glace chez lui, avant qu’ils ne fondent. Ce serait un sacrilège. Emily lui en voudrait pour les restants de leur vie. Ce qui risque d’être assez long, vu leur âge. Ou pas. Ils ne sont pas à l’abri d’être attaqués par une grenouille-humaine qui aimerait les gamins pauvres du Bronx.

Max.” Il sait. Il reconnaît. Pas besoin de se retourner. Pas besoin de réfléchir. Cette voix. Il ne l’a pas entendue depuis des mois. Il avait déjà tiré un trait dessus. Les gens vont et viennent dans sa vie. Il a l’habitude. Personne ne semble vraiment s’attacher à lui. En fait, il est un pote de passage. Voilà. Une amitié volatile. Une passade pour tous ceux qui en ont besoin. Il devrait songer à vendre ses services d’accompagnement, d’épaule réconfortante et de conseils amicaux. Si ça se trouve, il pourrait faire fortune. Enfin, ce genre de trucs fonctionnent surtout dans les pays asiatiques. Est-ce qu’il a réellement envie d’emménager au Japon ? Bworf, pas tellement. Surtout que pour cela, il faudrait déjà avoir l’argent. Autant dire que ce n’est pas près d’arriver. Bon, il finit quand même par se retourner, le gars. Il aurait pu faire mine de ne pas entendre. Ce n'était qu’un murmure, après tout. Un tout petit murmure de rien du tout. Qui sait, il aurait pu finir totalement sourd durant les quelques semaines d’absence. Ben quoi ? On ne sait jamais ce qui peut arriver ! Un coton-tige trop enfoncé et c’est la fin des haricots, mes amis. Mais il se retourne. Il se retourne et il retrouve les traits familier de Mia.

Putain, qu’est-ce que ça fait du bien de la revoir. Elle lui avait manqué. Il ne le dira. Il a sa fierté et puis, il ne voudrait pas la faire fuir. Après tout, tous ceux qu’il apprécie finissent par se casser. Regardez son père. Max n’a même pas eu le temps de le rencontrer que l’homme était déjà absent. Il se reprend rapidement. Il ne veut pas montrer ses sentiments. Encore moins à Mia. Elle est partie, évaporée, disparue. Sans donner de nouvelles. Sans un minuscule message qu’elle aurait pu glisser sous la porte. Rien. Juste le silence. Aucune explication. Est-ce qu’il lui en veut ? Bien sûr ! Ca blesse toujours de voir une personne importante disparaître de la circulation. Ca endurcit, cela dit. Il apprend de plus en plus à prendre de la distance. A ne pas s’attacher. A ne pas considérer comme acquis toutes ses relations. Il hésite tout de même. A parler. A se casser en courant. A l’ignorer. A la fusiller du regard. Il pourrait faire tellement de choses. Mais il n’y a rien qui fonctionne. Rien qui puisse exprimer son mécontentement, sa douleur, sa déception. Tiens, il pourrait sauter à cloche-pied que ce serait aussi expressif. On sous-estime tellement l’expressivité d’un simple pied. Et puis, je suis certain qu’il y a des médiums qui lisent dans les lignes des pieds, un truc dans le genre.

Qu’est-ce que l’on dit à une personne qui disparaît, hein ? “Oh, tiens, t’es là ? Je croyais que t’étais au fin fond de la Patagonie !” “Vous êtes qui, déjà ?” “Vous voulez de l’argent ? Je n’ai pas de monnaie sur moi, désolé”. Non, il n’y a rien qui fonctionne. Rien de rien. “Salut.” Voilà, merci Max, c’était efficace. Bonjour, au revoir, aussi, pendant qu’on y est ? Il hésite, d’ailleurs. Il a le regard fuyant. Il se demande s’il ne pourrait tout simplement pas se casser, comme ça. Sans rien dire. Sans explication. Ah, mais attendez, c’est ce que Mia a fait ! Bim, juste retour des choses. Allez, c’est parti mon kikiiiii. “Je ne pensais pas te revoir.” Ah, ben non. Faux départ. Max n’a pas l’air de vouloir bouger ses fesses de là. Allez, quoi ! Elle devrait s’excuser, se jeter à ses pieds et le supplier de lui pardonner. Et ce serait bien qu’elle lui fasse un massage. Depuis qu’il est allé explorer ce cinéma abandonné, il a un noeud dans le dos, il n’arrive pas à s’en défaire et… Pardon, on n’est pas là pour parler de sa santé. Il dévisage Mia. Il voit que quelque chose ne va pas. Qu’elle est recroquevillée sur elle-même. Qu’elle n’est pas à l’aise. Elle ne va pas bien. Ca crève les yeux. Il doit faire un incroyable effort pour ne pas lui demander ce qui ne va pas. Pour ne pas la prendre dans ses bras et la rassurer. Il ne fait rien de tout ça. Parce qu’il est en colère. Parce qu’il ne veut pas la faire revenir dans sa vie, alors qu’elle va se casser de nouveau.

S’il commence à s’inquiéter pour Mia, il sait qu’il oubliera sa colère. Il sait qu’il voudra de nouveau la prendre sous son aile. Il sait qu’il s’attachera de nouveau à cette amie d’enfance. Il n’en a pas franchement envie. Il veut juste lui en vouloir. Il veut juste être rancunier. Il veut juste reprendre sa vie. Tant pis, elle s’est cassée, elle n’a qu’à pas revenir. C’est tout. Il ne demande qu’à vivre sa vie tranquillement, sans des gens qui disparaissent du jour au lendemain. Est-ce que c’est trop demandé ? La prochaine fois, il fait signer un contrat de non-disparition et au moins, il sera tranquille ! “Bon… tu m’excuses, mais j’ai des choses à faire.” Il pivote sur ses talons et il reprend sa route. Voilà un gars qui est déterminé à ne pas discuter avec Mia. Voilà un gars qui ne va surtout pas faire demi-tour pour lui dire ce qu’il pense… N’est-ce pas ? Oh putain, si, il revient sur ses pas. MAIS BARRE-TOI, MAXEUUUUH. “Tu sais que je t’ai cherchée ? J’ai laissé des dizaines de messages sur ta messagerie, je t’ai envoyé des centaines de SMS. Putain, t’étais où ?! C'est pas compliqué de dire aux gens qu'on ne veut plus les voir !” Bon, voilà, bombe lâchée. Même pas de message de prévention. Même pas d’alerte. Même pas de “Mayday mayday, on perd le contrôle”. Juste, il hausse le ton et il exprime ce qu’il ressent. Une haute et terrible trahison. Surtout pour un gars qui s’inquiète pour ses proches.



(c) AMIANTE


WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the



- #TEAMSOLO -
avatar


Fiche de compétence

Messages : 62 Points : 98 Célébrité : Danielle Campbell Combat avec nous depuis : 18/06/2017

Message(#) Sujet: Re: Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max Ven 21 Juil - 16:12

Don't Worry , Now You Are Here

Max et Mia se connaissaient depuis leur enfance. Tous les deux avaient eu des points communs et des différences énormes entre eux. Tous les deux avaient grandi sans père et avec une mère absente. Tous les deux avaient été seuls pour faire leurs devoirs, tous les deux avaient grandi dans la rue. Elle se souvint encore de leur rencontre. Ils étaient âgés d’à peine 7 ans, c’était il y  a tellement longtemps mais elle en avait gardé un souvenir clair. Elle se souvint du petit garçon aux cheveux châtains et aux yeux bleus qui s’était perdu sur son trottoir. Elle se souvint d’elle, un peu plus bouboule et aux cheveux bruns coiffés en une queue de cheval s’avancer vers lui pour lui demander ce qu’il faisait là. Elle se souvint qu’ensuite, elle avait emmené dans la maison. Ils étaient devenus très vite de grands amis, Max était le seul à la comprendre quand elle voyait sa mère partir un peu trop souvent. Un peu trop souvent seul dans un appartement de Brooklyn. Tout comme elle, il avait été un peu trop seul avec une mère alcoolique. Ils s’étaient compris en quelque sorte. Ils s’étaient consolés de cette solitude qui les avait bercés durant leur enfance. Une enfance où les parents partaient trop souvent. Ils n’avaient pas eu de mère présente pour eux, toujours au travail ou inerte sur un canapé, puant l’alcool.  Elle souvint des jeux qu’ils inventaient dans les rues quand elle avait terminé ses devoirs. Mia n’avait jamais perdu son objectif en vue, elle devait réussir sa vie, partir loin de Brooklyn, voyager dans le monde. Mia avait des rêves, elle voulait devenir informaticienne. Elle voulait vivre sa vie loin de New-York. Cependant, ses rêves s’étaient trouvés condamnés depuis cet enlèvement. Max ne savait rien à ce propos. Mia avait encore du mal à en parler et ce n’était pas sa mère insistante à ce sujet qui l’aidait. Elle avait été traumatisée par cela, puis ce pouvoir qui lui vrillait ses veines.

Mia était sur le point de devenir folle. Sa mère ne voulait pas comprendre et ne comprenait pas son attitude. Mia avait parfois l’impression que celle-ci cherchait plutôt l’argent que la paix pour sa fille. Elle se sentait incomprise et encore plus seule que jamais. Maintenant, elle vivait dans la cave de son appartement, avec un lit et un ordinateur toujours éteint. Elle ne pouvait plus aller surfer sur internet, elle ne pouvait plus regarder la télévision sans ressentir cette vive douleur. Elle ne pouvait plus sortir, se balader dans New-York, Mia allumait toutes les alarmes des voitures malgré elle. La jeune fille ne pouvait plus être avec ses amis, elle était trop différente. Elle ressentait tout et cela lui faisait mal. Elle sentait l’électromagnétisme de Max, son cœur battre dans sa poitrine finement musclé, lui infligeant une douleur atroce dans ses veines. Elle ne pouvait plus le toucher et pourtant à ce moment, elle tuerait pour un simple câlin. Comment avait-elle pu arriver à ça ? Comment la jeune brillante et populaire Mia était devenue l’acariâtre jeune fille qui se tenait devant lui ? Elle cachait de lourds secrets et elle avait dû mal à les garder.

Elle ne s’imaginait pas dire à sa mère ce qui lui était arrivé, ce qu’elle pouvait faire maintenant. Mia avait peur de sa réaction, peur de devoir partir et de devoir vivre dans la rue. Elle ne voulait pas se retrouver complètement seule.  La solitude était pour elle, une torture malgré que tenir compagnie à quelqu’un en était une aussi. Cependant Mia ne voulait pas se retrouver avec elle-même et ce pouvoir. Elle n’avait rien demandé. Tout ce qu’elle avait voulu faire , c’était de vivre sa vie, sortir avec Max, aller au cinéma avec lui, rigoler et aller dans un restaurant après le film pour en parler. C’était ce qu’elle avait toujours voulu faire. Elle voulait gagner de l’argent en installant des systèmes de sécurité, aller à la MIT pour faire ses études.

Mia observait Max attentivement. Au bout de quelque minutes, elle vit de la rancœur et de la douleur, une pointe d’inquiétude était passée mais la rancœur était plus forte que cette infime lueur. Mia le comprenait, elle ne lui en voulait pas. Après son kidnapping, Mia ne s’était plus approchée de son téléphone et la seule fois qu’elle avait fait ça, le mobile avait eu un court-circuit. Le téléphone avait beaucoup d’électromagnétisme et c’était une véritable torture pour elle.  Mia se mordit la lèvre en voyant les yeux froids de Max sur elle. Il était quelqu’un de rancunier, elle le savait. Il n’aimait pas les gens qui le décevaient. Elle l’avait déçu, cela se voyait au ton froid qu’il prenait pour lui parler. Elle se sentait coupable, énormément coupable. Mia aurait aimé lui parler de ce qui s’était passé mais elle n’avait aucune excuse. Elle n’aurait peut-être pas du l’ignorer mais elle avait eu du mal à faire face à l’enlèvement, à ce pouvoir. Pouvait-elle lui en parler ? Pouvait-elle lui dire ? Pouvait-il garder le secret ? Pouvait-il la comprendre ? Elle avait peur de sa réaction. Elle l’entendit s’excuser avant de lui tourner le dos.  C’était fini pour eux deux. Toute leur enfance venait de partir en fumée à cause d’elle.

Elle se retrouvait toute seule finalement. Elle aurait tellement aimé lui dire ce qui s’était passé, ce qui lui était arrivé mais pouvait-il comprendre ce qui lui était arrivé. Elle aurait tellement aimé lui dire. Cependant depuis l’enlèvement, elle avait du mal à faire confiance aux autres. Avec cet enlèvement, elle avait compris à quel point le monde était vicieux et cruel. Qu’elle pouvait faire confiance à personne. A part à cet homme, ce Hank Mccoy qui voulait l’aider avec son pouvoir. Alors elle sortait un peu plus souvent pour lui et pour rassurer sa mère, pour lui montrer qu’elle s’était relevée de cet enlèvement. La réalité était toute autre, Mia ne se relèverait jamais, toute sa vie avait été chamboulée et tout ce qu’elle pouvait faire, c’était d’abdiquer à ce pouvoir, à cette nouvelle vie qui était devant elle maintenant.

Plus jamais, elle pourrait devenir informaticienne, mais elle ne pourrait pas rester chez sa mère indéfiniment, déjà que les tensions s’accumulaient entre elles à cause de Mia qui restait chez elle. Elle ne savait pas où aller et ce qu’elle pourrait faire. Soudain, elle vit Max revenir vers elle, se précipiter était plus juste pour lui asséner des questions. Max était un garçon franc et qui cherchait toujours la vérité. A l’écouter, son cœur s’était brisé en sentant la blessure de Max derrière. Elle avait fait comme sa mère, elle l’avait laissé derrière. Tournant la tête vers les voitures dont les alarmes résonnaient encore après son passage. Une larme vint à couler sur sa joue, elle se sentait triste et horriblement coupable au point que son cœur faisait mal, au point que les lampadaires à côté d’eux, s’étaient mis à clignoter.

-Ce n’était pas contre toi, je te jure, je voulais te voir, je voulais te parler. Tu me manquais, tu me manques encore, tu sais mais j’ai peur de te dire la vérité, j’ai peur de ta réaction, j’ai peur que tu ne comprennes pas, déclara-t-elle d’une voix chevrotante et tremblante à cause des sanglots coincés dans sa gorge.

Une autre larme venait s’échapper pour couler sur sa joue rond, se cramponnant à son bras, tandis que les lumières des lampadaires se mettaient à clignoter de plus en plus vite, aux rythmes de son cœur. Elle était en panique et elle avait peur. Peur qu’il la voit comme un monstre.







Are you insane like me? Been in pain like me?And all the people say. "You can't wake up, this is not a dream. You're part of a machine, you are not a human being. With your face all made up, living on a screen. Low on self esteem, so you run on gasoline". I think there's a flaw in my code. These voices won't leave me alone. Well, my heart is gold and my hands are cold
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



- #TEAM HUMAIN -
avatar


Fiche de compétence


Feuille de personnage
Compétences:
Stade du Virus Legacy : Non atteint du virus
Messages : 250 Points : 197 Célébrité : Tom Holland Crédit : avatar ©native route ; signature ©XynPapple & tumblr Combat avec nous depuis : 15/06/2017

Message(#) Sujet: Re: Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max Mer 26 Juil - 14:46

Don't Worry, Now You Are Here


L’abandon, ça n’a jamais fait plaisir à personne. Bien au contraire. Être jeté comme une vieille chaussette est la pire des choses pour la confiance en les autres, la confiance en soi, l’égo. C’est encore plus le cas quand la famille se compte sur les doigts d’une seule main et que les amis prennent toute la place restante. Max a fait de ses copains des membres de sa famille. Il s’accroche à eux comme si sa vie en dépendait. Parce qu’il met du temps à ne plus être méfiant. Il met du temps à accepter la présence de quelqu’un d’autre dans sa vie. Alors, quand ces personnes ont traversé ce looong et désertiiique chemin, c’est que ce sont les bonnes. Max ne les lâche plus. Mais quand ce sont les autres qui le lâchent, il est déçu. Forcément. Qui ne le serait pas ? Il a envie d’être en colère contre Mia. Il en a terriblement envie. Elle ne mérite que cela. Elle ne mérite pas son attention. Elle ne mérite pas son temps. Juste de la colère et du mépris. Déjà qu’elle ose venir lui parler, alors qu’elle sait comment il est. Elle sait qu’il est rancunier et blessé. A croire qu’après toutes ces années, elle ne le connaît plus. Elle ne l’a peut-être jamais connu.

Il tourne le dos à cette ancienne amie. Il veut rentrer chez lui, ramener les glaces et passer un super moment avec sa soeur. Il veut vaquer à ses occupations. Mais non. Il est tellement con qu’il fait demi tour, qu’il adresse la parole à Mia. Bon, alors, elle est où, sa résolution de ne plus parler avec ses anciens amis ? Nulle part. Oubliée. Envolée. Évaporée. Pour autant, le ton n’est pas doux, amical ou gentil. Il est sec, dur, violent, colérique. Une manière d’exprimer son mécontentement. Une manière de lui montrer que Mia ne peut pas juste aller et venir dans sa vie. Pour quel résultat ? Des larmes. Il voit ses yeux s’embuer, se remplir de larmes. Est-ce qu’il cherchait vraiment à provoquer de la tristesse chez elle ? Non. Pas du tout. Enfin, peut-être. Et maintenant, il se trouve nul. Tellement nul. Elle ne mérite pas d’être traitée ainsi, même si elle a ignoré ses appels et ses messages ; même si elle a refusé de donner de ses nouvelles. Rien ne justifie un tel traitement. Il résiste à l’envie de la consoler et d’adoucir ses propos. Il s’en empêche. Il ne peut pas pardonner aussi facilement Mia. Pas à cause de ses larmes. Ce n’est pas une raison suffisante.

Alors, il attend la réponse. Il sait qu’elle va s’expliquer, même si son regard tourné ailleurs semble dire le contraire. En tout cas, il garde le silence, lui donnant tout l’espace nécessaire pour qu’elle s’exprime. Et cette fois, il ne compte pas s’en aller. “Ce n’était pas contre toi, je te jure, je voulais te voir, je voulais te parler. Tu me manquais, tu me manques encore, tu sais mais j’ai peur de te dire la vérité, j’ai peur de ta réaction, j’ai peur que tu ne comprennes pas.” Il déteste quand on lui dit ça. Il déteste quand on essaye de le rassurer, mais qu’on ne veut pas tout lui dire. Il déteste quand les gens trouvent des excuses ridicules. Il écarte les bras dans un geste d’agacement. En fait, il aurait dû partir. Tiens, il est encore temps. Mais il reste là. A essayer de comprendre la situation. Et ces foutues voitures qui n’arrêtent pas de hurler. Il n’arrive pas à réfléchir. Il sent uniquement la colère, la déception, la rancoeur. Et son instinct protecteur. “Est-ce que je t’ai seulement donné une minuscule raison d’avoir peur de mon opinion ?” Si c’est le cas, il faut le lui dire tout de suite. Parce que ce n’est clairement pas l’impression qu’il veut donner à ses amis. Au contraire. Il répond à tous les appels, jour et nuit. Il peut tout laisser tomber pour aller aider quelqu’un. Alors, si on ne peut pas compter sur lui à cause de ses réactions et de ses opinions, il doit se remettre en cause.

Il se doute déjà de la réponse. Elle va essayer de se rattraper en lui disant que “non, ce n’est pas ça”. Et il ne sera pas plus avancé. Cette conversation, il l’a déjà eue plusieurs fois. Pas forcément avec Mia. D’ailleurs, il ne pensait jamais l’avoir avec elle. Il pensait que leur amitié était durable. Grave erreur. “Bordel, Mia ! On se connaît depuis des années, tu sais que tu peux tout me dire.” Visiblement non. Sinon, elle serait déjà venue le trouver pour tout lui raconter. Il soupire. D’une quelconque manière, il doit faire peur. Est-ce que c’est parce qu’il s’énerve ? Sûrement. Si il était beaucoup plus calme et ouvert, elle n’aurait pas été effrayée à l’idée de le revoir et de tout lui déballer. Mais comme il est un crétin de New-Yorkais, né au fin fond du Bronx, il ne voit que le mal. Il ne cherche pas à comprendre. En quittant Mia du regard, il réalise que les lampadaires clignotent autour d’eux. Depuis combien de temps ? Il n’en sait rien. Entre les voitures et les lampadaires, le cadre n’est pas idéal pour parler. Encore moins pour se confier. “On dirait que la rue devient complètement folle… viens, on va discuter ailleurs.” Il lui fait signe de l’accompagner. Ils vont où ? Il n’en sait rien. Dans un coin plus calme, espérons-le. Quand les choses commencent à perdre la tête dans une rue, ce n’est jamais bon. C’est synonyme de super-héros et de super-vilains. Autant s’éloigner. Sauf que la cacophonie semble les poursuivre. Okay. Soit. Ils sont hantés par un fantôme. Génial.

Il s’installe sur les marches d’un immeuble. Là, ils vont discuter. “On a qu’à faire un deal ? Tu me racontes tout et je me tais. Je ne pose pas de questions, je ne juge pas, je ne réagis pas. Rien de rien. Et je te promets de ne pas m’énerver.” Il lui tend la main afin de sceller le pacte. Quand ils étaient plus jeunes, ils faisaient la même chose. Avec un peu plus de crachat et un peu moins de sévérité. Mais ils ont grandi. Bon sang qu’ils ont grandi ! Regardez Mia. Elle n’a plus rien à voir avec la fillette qu’elle était. Max, lui, n’a pas tellement grandi. Au moins a-t-il perdu ses traits d’enfant. Enfin, tout est relatif. Alors, deal ou pas deal ?

(c) AMIANTE


WELCOME IN
OUR MAD WORLD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eve-of-destruction.forumactif.com/t140-m-p-welcome-to-the


Contenu sponsorisé

- -


Fiche de compétence


Message(#) Sujet: Re: Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't Worry , Now You Are Here ~ Mia & Max


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]
» Jake Aaron Buckley
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» [retour vers le 17 mars] Don't worry about a thing...
» (m) rick genest (zombie boy)/heath ledger(possiblement en joker) ◭ don't you worry , love , i'm not as mad as i look.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: